Un ensemble exceptionnel de reliefs assyriens à Faida, dans le Kurdistan irakien

Entre 2019 et 2022, une équipe d’archéologues italiens et irakiens dirigée par Daniele Morandi Bonacossi (Université d’Udine) et Bekas Jamaluddin Hasan (Direction des antiquités de Duhok – Kurdistan irakien) a fouillé treize reliefs néo-assyriens (VIIIe-VIIe siècles BC) sculptés dans la roche dans le Kurdistan irakien, près de Faida (à 20 km au sud de la ville de Duhok). Seule la partie supérieure des reliefs émergeait de la terre qui avait comblé le canal (Figure 1).

 

Figure 1: Partie supérieure des reliefs apparaissant avant les fouilles (© Kurdish-Italian Faida Archaeological Project)

Trois de ces sculptures avaient déjà été identifiées en 1972 par l’archéologue britannique Julien Reade. Cependant, la situation politique de l’époque n’avait pas permis d’explorer le site. Quarante ans plus tard, en août 2012, la mission italienne a identifié six nouveaux reliefs le long du canal de Faida. Et sept ans plus tard, lorsque la situation politique est devenue plus stable1, les reliefs rupestres assyriens de Faida ont enfin été mis au jour.
Les reliefs, d’une largeur de 5 mètres et d’une hauteur de 2 mètres, ont été sculptés le long d’un ancien canal d’irrigation de 4 mètres de large et de 10 km de long, probablement creusé par les Sargonides, les derniers rois assyriens pour approvisionner leurs nouvelles capitales et le territoire environnant, ce que l’on appelle le “Triangle assyrien”2. Aujourd’hui, le canal est presque entièrement enseveli sous des couches de terre déposées par l’érosion des collines

 

Figure 2: Relief 12 et dessin (© Kurdish-Italian Faida Archaeological Project)

Les reliefs montrent tous la même image:  le roi dans une attitude d’hommage devant les sept divinités les plus importantes du panthéon assyrien, six debout et une assise, chacune sur un piédestal porté par son animal-symbole. Les dieux sont représentés de profil, et il sont tournés dans la même direction vers laquelle coulait l’eau (vers la gauche). Ces divinités sont le dieu national d’Assyrie (dieu Assur), sa parèdre (=son épouse) Mulissu qui est la seule à être représentée assise sur un trône, le dieu de la lune (Sin), le dieu de la sagesse (Nabu), le dieu de la justice (Shamash), le dieu de l’orage et de l’abondance (Adad) et la déesse de l’amour, de la guerre et de la légitimité royale (Ishtar). Derrière Ishtar se trouve une autre image du roi : cette dédoublement de la figure royale est une spécificité assyrienne du Ier mill. BC.

 

Figure 3: le triangle assyrien et les sites du nouveau réseau hydraulique construit par les Sargonides (© Kurdish-Italian Faida Archaeological Project)

Pourquoi sculpter dans la roche des reliefs impressionnants et peints ? Et pourquoi choisir cette iconographie du roi devant les dieux majeurs et la répéter plusieurs fois ? Les reliefs étaient probablement destinés à célébrer la construction d’un impressionnant réseau hydraulique dont Faida n’est qu’une partie, mais qui devait inclure les sites de Khinis, Jerwan, Maltai et Shiru Malikta, où des reliefs assyriens ont également été identifiés. Ce réseau, qui s’étendait sur 360 km, permettait l’irrigation du triangle assyrien et assurait ainsi la production agricole dont dépendaient les capitales assyriennes. En le construisant, le roi répétait l’action créatrice considérée comme typique des dieux : il se hissait ainsi à leur niveau. En effet, c’est lui seul qui est représenté devant les dieux, une manière raffinée de suggérer sa nature surhumaine…

 

Le site de Faida a été fortement endommagé par le vandalisme, les fouilles illégales et l’expansion des établissements locaux et de l’industrie. La mission italienne s’efforce de protéger le site autant en le restaurant3 qu’en apprenant aux habitants de tout âge à le respecter et le protéger. En octobre 2022, un parc archéologique englobant les reliefs de Faida a été ouvert aux touristes irakiens et internationaux.Il s’agit du premier de quatre parcs similaires que les autorités du Kurdistan ont l’intention de créer afin de désenclaver la région et d’avoir une meilleure source de revenus. À terme, les reliefs feront l’objet d’une demande d’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Pour la découverte des reliefs de Faida, la mission italo-irakienne a reçu le prix international “Khaled al-Asaad” en octobre 2020. Ce prix, qui porte le nom de l’archéologue syrien qui a payé de sa vie en 2015 la défense du site de Palmyre, est le seul prix mondial dédié aux archéologues.

 

Pour en savoir plus
D. Morandi Bonacossi, 2018. “Twelve Royal Stelas for Twelve Great Gods: New Discoveries at the Khinis Monumental Complex”, Ash-Sharq 2/2: 76-97.
D. Morandi Bonacossi, 2021. “Faces in the stone. Rock art in the Duhok region (Kurdistan, Iraq): A severely threatened cultural heritage”, in R. Giovannelli, L. Milano, C. Tonghini et A. Traviglia (eds) Stolen Heritage: 35-78. Venezia: Edizioni Ca’ Foscari.
site web: http://www.terradininive.com/projects/the-archaeological-complex-of-faida/?lang=en (en anglais) ;
http://www.terradininive.com/il-complesso-archeologico-di-faida/  (en italien);
visite virtuelle: https://www.gisandvirtualtour.it/Faida/ril1en.html

 

 



Citer ce billet
Laura Battini (2023, 22 mai). Un ensemble exceptionnel de reliefs assyriens à Faida, dans le Kurdistan irakien. Sociétés humaines du Proche-Orient ancien. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b5ow

  1. entre 2014 et 2017, entre l’émergence de l’État islamique et sa défaite, le relief de Faida n’était qu’à 25 km de la ligne de front []
  2. la région comprenant les villes d’Assur, de Ninive et d’Erbil []
  3. et en le documentant []

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search