Shar i-Sokhta, la “ville brûlée” du désert salé

Connue sous le nom de la “ville brûlée du désert salée”, Shar-i-Sokhta est une magnifique découverte archéologique. Reconnue et fouillée en Iran dans les années ’70, les fouilles, interrompues par la révolution iranienne, ont repris en 1997 par une mission iranienne et depuis 2017 par une mission italienne. Classé en 1966 sur la liste des biens culturels nationaux iraniens et protégé par une zone tampon où les constructions nouvelles sont très strictement contrôlées, le site est entré en 2014 dans la liste des sites ‘Patrimoine de l’humanité’ protégés par l’UNESCO.

La ville est dans un environnement plutôt difficile: les crues violentes de l’Himland, l’érosion éolienne, la salinité des sols et les fréquentes périodes de sécheresse rendent la vie difficile. Mais la présence du fleuve Hilmand a constitué un axe important autant pour l’agriculture que pour les échanges. Les recherches archéologiques ont prouvé l’existence d’étroits contacts culturels entre les villes qui se trouvent aujourd’hui en Afghanistan, surtout Mundigak (dans la plaine de Kandahar) et Shar i-Sokhta. Et ces contacts sont si importants que on a donné à ces villes à la frontière des deux pays le nom de ‘culture de l’Himland’.

La ville de Shahr-i-Sokhta doit son essor à la présence des différentes routes commerciales qui traversaient le plateau iranien est/ouest entre l’Indus et la Mésopotamie et nord/sud entre le Golfe Persique et la Mer Méditerranéenne et l’Anatolie. La diversité des structures fouillées et leur bon état de conservation dû au climat sec du désert expliquent l’importance du site, qui a ainsi permis de mieux comprendre l’émergence de sociétés complexes au IIIe millénaire avant J-C et l’importance des échanges commerciaux dans cette évolution urbaine.

La ville s’est développée à partir de 3200 ans BCE1 et a duré jusque vers 1800 BCE. Sa séquence chronologique est divisée en quatre périodes et douze phases. Elle a subi au cours de son histoire au moins trois incendies majeurs, avant d’être totalement abandonnée, peut-être à cause de changements écologiques2 conjugués avec un changement des routes commerciales. La phase la plus ancienne (3000-2750 BCE) est peu connue, puisque la plus profonde. Les découvertes montrent d’un côté des contacts culturels avec la civilisation proto-élamite de Suse et du Fars (une tablette proto-élamite, une vingtaine d’empreintes de sceaux et quelques sceaux) et de l’autre avec les régions plus éloignées du Turkménistan et du Pakistan (céramique).

Pendant la deuxième phase (2750-2400 BCE), la ville s’agrandit jusqu’à occuper 50 hectares, donc elle devient l’un des plus grands sites de l’époque, non seulement en Iran mais aussi au Proche-Orient. C’est à ce moment qu’elle est divisée en plusieurs quartiers, certains résidentiels, d’autres industriels, et un probablement religieux. Les activités artisanales comprennent la métallurgie du cuivre et du bronze, la production de récipients en albâtre et en calcite, le travail à grande échelle du lapis, de la turquoise et d’autres pierres précieuses. La ville abritait un grand nombre d’artisans qui travaillaient les pierres locales (albâtre, calcédoine, aragonite) et les matériaux importés (coquillages du Golfe et de l’Océan Indien, cornaline d’Afghanistan, lapis-lazuli du Badakhstan, turquoise du Khorassan iranien et de la Chorasmie). Ils fabriquaient des vases et des perles pour les exporter vers les régions voisines, notamment l’Elam3 et la Mésopotamie. La spécialisation du travail était tellement avancée que certains artisans travaillaient seulement avec des pierres locales et d’autres avec des pierres importées.

 

Leurs ateliers occupaient, en effet, deux parties distinctes du site. Les découvertes archéologiques suggèrent, par ailleurs,que les artisans étaient spécialisés non seulement dans le type de matériau (importé ou local) mais aussi dans la technique : par exemple, dans le travail des perles, le processus de perçage était effectué dans un lieu différent de celui de la fabrication des perles. Dans les tombes des artisans se trouvaient non seulement des produits finis, mais aussi leurs instruments et des objets à peine commencés, comme si dans l’au-delà on pensait que l’artisan aurait continué à travailler.
La culture matérielle, des céramiques aux sceaux métalliques compartimentés et aux figurines en terre cuite, a des parallèles en Afghanistan, au Turkménistan et dans le sud-est de l’Iran. En particulier, les céramiques présentent une décoration peinte élaborée, comprenant des oiseaux, des animaux et des plantes, ainsi que des motifs géométriques. Certains vases polychromes n’ont d’autres parallèles qu’à Mundigak, beaucoup plus au nord, en Afghanistan.

Le type d’organisation politique de Shar i-Sokhta à cette époque pose problème : y avait-il une autorité centrale qui contrôlait tous ces artisans ? Pourquoi alors n’a-t-on pas trouvé de tablettes consignant les matériaux donnés aux artisans, comme dans d’autres villes ? Peut-on supposer que les artisans travaillaient de manière indépendante, sans aucune autorité de contrôle ? Et dans ce cas, travaillaient-ils toute l’année comme artisans ou la moitié de l’année et l’autre moitié comme bergers, pêcheurs ou chasseurs ? En effet, de nombreux ossements d’oiseaux et d’autres animaux ont été retrouvés dans la partie nord-ouest du site.

Après l’incendie qui a mis fin à la période II, la ville (2400-2100 BCE) a connu un changement socio-économique marqué, suggérant l’émergence d’une élite politique. En témoignent la construction d’un imposant bâtiment, d’une superficie totale de 6 000 m², qui rappelle les premiers palais sumériens de Basse Mésopotamie (Eridu, Kish et Abu Salabikh) et les nombreux “objets d’élite” en chlorite, ivoire et cornaline. On a par exemple retrouvé une table de jeu en bois semblable au célèbre “Jeu d’Ur” avec toutes ses pièces. Le temple a également été reconstruit dans un style plus monumental, avec des façades peintes en rouge, une entrée en portique et de grandes cheminées centrales. C’est l’époque la plus florissante de la ville qui arrive à 100 hectares. Peut-être l’effort était trop important pour l’environnement: en deux siècles, entre 2100 et 1900 BCE, la ville disparaît.

Une vaste nécropole s’étend au sud-ouest de la ville. On estime à 20 000 le nombre de sépultures, dont 200 seulement ont été fouillées4. On distingue quatre types de sépultures : 1) les tombes à fosse simple ; 2) les tombes à ciste ; 3) les tombes à puits ; 4) les “sépultures commémoratives”, avec des objets funéraires mais sans traces de corps humain. Les tombes construites à puits, dont seulement 41 ont été fouillées, sont des sépultures multiples. Elles sont très élaborées, tant par leur construction que par la quantité et la qualité des objets funéraires déposés : textiles, paniers, récipients métalliques et bijoux, céramiques polychromes et colliers en lapis-lazuli, cornaline, or et turquoise, ainsi que des sceaux et des cachets cylindriques. Les découvertes montrent des liens avec l’Ouzbékistan et l’Asie centrale. Elles révèlent également des différences socio-économiques très marquées. Les tombes les plus riches sont celles des artisans, qui étaient enterrés avec des animaux de sacrifice, des céramiques, des perles semi-précieuses (turquoise, lapis-lazuli et calcédoine), des récipients en pierre, des sceaux et parfois des paniers en bois et des textiles. Ces matériaux organiques (parfois même des cheveux !) se sont assez bien conservés, grâce au climat aride. Parmi les textiles, on trouve des pièces inhabituelles utilisant la laine de mouton et les poils de chèvre.

Des études anthropologiques ont révélé une différence marquée d’espérance de vie entre les hommes et les femmes, d’au moins 35 ans, qui reste inexpliquée puisqu’il n’y a pas d’armes ni de morts violentes dans le cimetière. C’est d’ailleurs pour cette raison que la nouvelle mission a repris l’étude du cimetière. La tombe la plus étonnante est celle d’une femme ayant une prothèse … oculaire! L’oeil se présente comme un hémisphère de pâte bitumineuse de 2,5 cm de diamètre, qui était placé dans l’orbite gauche. La surface de l’œil artificiel est recouverte d’une fine couche d’or au centre de laquelle est gravé un cercle figurant l’iris et des rayons fins de lignes argentées et dorées qui devaient, in vivo, présenter un aspect vraiment surprenant. Des deux côtés de l’orbite oculaire du crâne, l’on remarque de fines traces d’or, ainsi que deux minuscules trous prouvant que cette femme portait cet œil artificiel à l’aide sans doute d’un minuscule fil d’or. Cette femme, qui a vécu vers 2900-2800 BCE, était très grande (182cm de hauteur), devait appartenir à l’élite: à part l’extraordinaire prothèse, sa tombe était remplie de récipients en céramique, d’un miroir en bronze, et de perles de lapis-lazuli et de turquoise.

Il y a encore de belles découvertes à faire, surtout dans la nécropole, où le travail conjoint des anthropologues et des archéologues permettra de mieux comprendre les différents aspects des rites liés à la mort.

 

 



Citer ce billet
Laura Battini (2023, 11 juin). Shar i-Sokhta, la “ville brûlée” du désert salé. Sociétés humaines du Proche-Orient ancien. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b5oy

  1. “before common era”= av. J.-C. []
  2. changements du lit du fleuve et climatique []
  3. =partie occidentale de l’Iran, autour de Suse []
  4. la nouvelle mission italo-iranienne a repris l’étude de ce cimetière []

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search