La civilisation de Jiroft

En 2001 le marché antiquaire a commencé à voir apparaître des vases sculptés en chlorite, déjà connus par des découvertes ponctuelles sur des sites mésopotamiens et syriens, mais dont le centre de production restait inconnu. L’Organisation iranienne du patrimoine culturel et du tourisme a rapidement organisé un programme de sauvegarde, dirigé par H. Choubak, et Y. Madjidzadeh, qui mena à la découverte de ce qu’on appelle aujourd’hui la ‘civilisation de Jiroft’1: et notamment le site important de Konar Sandal (Nord et Sud), une centaine d’autres sites et plusieurs nécropoles pour un total d’environ un milliers de tombes. C’est l’une des grandes découvertes archéologiques des dernières années en Iran.

Où sommes-nous ?

 

Nous sommes dans la province de Kerman, plus exactement dans la dépression du Jazmourian, à 550m de altitude, à mi chemin entre la Basse Mésopotamie et la vallée de l’Indus, à 1 000 km de l’une et de l’autre. Il s’agit d’une région particulièrement favorable2, un vaste bassin fertile cerné par des zones désertiques et montagneuses beaucoup moins favorables, les plus hauts sommets culminant à 4400 m. Ces montagnes constituent un véritable château d’eau alimentant le Halil Rud et permettant l’agriculture. Les ressources géologiques sont un autre atout de la région : on y trouve surtout cuivre, zinc, or et chlorite. En outre, la région se trouvait au carrefour de plusieurs routes commerciales, dont la plus importante était celle du lapis-lazuli, qui allait de l’Afghanistan à l’Égypte. Ces conditions favorables expliquent l’essor de la civilisation de Jiroft au IIIe mill. av. J-C. qui devint le principal lieu de production et de distribution de vases et artefacts en chlorite, parfois incrustés de pierres.

 

 

Le site de Konar Sandal semble avoir été occupé sans interruption du début à la fin du IIIe millénaire.

Entouré d’un puissant mur de fortification en briques de 10m d’épaisseur, il comprenait:1) un centre vraisemblablement religieux (Konar Sandal Nord) composé d’une haute terrasse de 132 m de côté posée sur un soubassement en briques plus large (280 m. de côte); 2) un imposant complexe de 300 x 400 m vraisemblablement profane (Konar Sandal Sud); et 3) des espaces domestiques. Trois tablettes en élamite linéaire3 qui utilisent un nombre réduits de signes (une vingtaine), sont probablement les archives d’un particulier. Un vaste cimetière se trouve disséminé dans la région et a livré au moins une partie des vases et objets en chlorite.

 

La chlorite est une pierre tendre et facile à travailler. Elle a été utilisée non seulement pour des vases, mais aussi pour des objets de formes différentes et souvent originales, comme des “sacs à main”. On trouve des boîtes cylindriques, des coupes, des vases hauts, des pots globulaires, des aigles aux ailes repliées, des plaques dentelées avec des motifs ajourés…

La plupart des vases sont arrivés sur le marché antiquaire à travers des fouilles clandestines, qui ont malheureusement fait perdre des informations précieuses. Car sans le contexte de découverte, il est très difficile de se faire une idée de la fonction de ces objets. Toutefois, leur petite taille, due également à la nécessité de ne pas trop accroître leur poids4, et le matériel utilisé, bien plus précieux que l’argile par exemple, laissent penser qu’ils contenaient des produits de luxe, comme les parfums.

Les motifs s’inspirent de l’environnement naturel, les végétaux occupant une place relativement importante dans le répertoire, en particulier le palmier, produit localement. Mais les motifs les plus nombreux sont d’origine animale et sauvage : plus que des animaux domestiques, sont ici représentés des zébus, des bouquetins, des lions, des guépards, des aigles, des scorpions et des serpents. Certaines figures sont fantastiques, mélangeant des animaux différents, comme le zébu à une corne, ou l’aigle à deux têtes.

Les figures humaines se limitent soit au ‘maître des animaux’5 soit à des êtres hybrides qui ont le visage et torse humains et le bas du corps celui d’un bovidé, d’un scorpion, ou d’un serpent… Enfin, les motifs géométriques (triangles hachurés, boucles, briques, portes), moins fréquents, s’inspirent du monde végétal, de la vannerie, de l’architecture.

Les figures se détachent par un léger relief plat ou sculpté sur un fond uni. Elles sont souvent incrustées de pierres semi-précieuses qui rendent ces objets encore plus expressifs. Les variations techniques, notamment dans le mode d’incrustation des pierres de couleur, semblent témoigner de l’existence de plusieurs ateliers.


Dans la plupart des vases, un ou deux motifs seulement sont utilisés, soit animal ou végétal, soit humain ou géométrique. Dans ces cas il est répété en frise, en entrelacs entrelacement, en opposition, en combat. Les animaux d’une même espèce sont disposés en frise ou se combattent, les animaux de différentes espèces se combattent. Par exemple, les serpents s’entrelacent, les bouquetins se suivent parmi les « buissons en fleurs », les lionnes se dressent les unes contre les autres, un guépard combat contre un serpent, et un zébu encorne un lion. Lorsque des motifs de plusieurs biotopes sont utilisés, la scène est plus complexe : un homme tombe d’un arbre auquel il a attaché un zébu, ou un homme-lion abat un homme-scorpion…

Les vases et objets de Jiroft étant connus pour provenir de tombes, leur ornementation peut être liée à des rites funéraires. Les scènes en frises semblent destinées à apaiser l’angoisse du passage vers l’au-delà, le motif de la porte souvent représenté est probablement associé aux rites de passage, et fait plus particulièrement allusion au dernier voyage… Mais l’iconographie des vases de Jiroft illustre aussi une vision du monde tout à fait particulière et différente de la Mésopotamie : ce qui frappe dans ces vases c’est l’absence totale des dieux.

La pensée de Jiroft semble essentiellement tournée vers l’homme et ses fins, dans un monde qui se présente à lui comme tantôt positif (guépard, aigle engagé aux côtés de l’homme contre le reptile), tantôt négatif (scorpion, serpent, symboles de mort), une pensée dualiste orientée vers l’homme qui aura son importance à d’autres époques et qui aurait pu être suggérée par l’environnement naturel fortement contrasté de la région

 

 

Pour en savoir plus:
AA.VV. 2008. Jiroft, entrée de l’Encyclopaedia Iranica, disponible en ligne: https://www.iranicaonline.org/articles/jiroft
N. Eskandari et M. Vidale 2022. Drilling stone vessels in third-millennium BC Iran: new evidence from Hajjiabad-Varamin, Jiroft (Kerman Province). Antiquity Vol.96 (389), p.1142-1161.
Jiroft, fabuleuse découverte en Iran (Dossiers d’Archéologie n° 287), 2003

  1. bien que Jiroft soit une ville moderne, c’est la ville la plus importante de cette région. Certains préfèrent parler de la « civilisation de l’Halil Rud », le fleuve qui traverse la région et qui, en mettant au jour par par ses crues plusieurs nécropoles au sud de la ville moderne de Jiroft, a provoqué le début des fouilles archéologiques dans la région []
  2. Avant les recherches à Konar Sandal, la région était partiellement connue au niveau archéologique par les fouilles de Tepe Yaya []
  3. cette écriture a été récemment déchiffrée par François Desset []
  4. les vases dépassent rarement 25 cm de hauteur []
  5. figure héroïque censée protéger du mal []

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Laura Battini (23 avril 2023). La civilisation de Jiroft. Sociétés humaines du Proche-Orient ancien. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b5ot


Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/05/2023

    […] La civilisation de Jiroft, par Laura Battini, sur le Carnet Sociétés humaines du Proche-Orient ancien ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search