La maquette B de Mari

Une nouvelle biographie est disponible dans le volet correspondant:
Igor
Mikhaĭlovich Diakonoff

La maquette B de Mari est une maquette ronde retrouvée pendant les fouilles de Parrot en 1967 dans la maison dite « rouge » et dans ses environs (chantier M) et datée au protodynastique III (2450-2250 av. J.-C.).

Le terme n’a rien à voir avec le terme moderne. Aujourd’hui on parle de maquette architecturale quand on construit un bâtiment en petite échelle avant la construction pour avoir une idée de la réalisation finale. La maquette est aussi utilisée pour refaire en petite échelle un bâtiment ruiné ou pour montrer les différentes reconstructions d’un édifice. En archéologie, en revanche, on définit « maquette » un petit objet en trois dimensions en argile en forme de bâtiment qui au moment de sa facture n’a pas eu un fonction pratique ou architecturale quelconque et dont la fidélité à un bâtiment précis est discutée. Ce n’est pas le résultat de la pensée des architectes, mais du potier qui s’inspire des formes architecturales qu’il connaît sans aucune volonté de réalisme mimétique.

Pourquoi l’appelle-t-on maquette B ?

Le nom dépend de l’existence d’une autre maquette, dite « A », trouvée en 1954 dans la rue qui a depuis reçu le nom de « rue de la maquette architecturale ». Au total, quatre maquettes rondes ont été retrouvées à Mari qui est le seul site à en témoigner. Ces quatre cas sont donc très importants puisqu’ils ont donné preuve de l’existence d’un plan rond des maquettes jusqu’alors inconnu pour l’époque historique1. Si une seule maquette avait été retrouvée on aurait pu la soupçonner d’être un faux. En revanche, ces quatre maquettes constituent une série homogène, et sont toutes de la ville II (protodynastique III). Sont-elles le reflet d’une architecture ronde ? À quoi servaient-elles ?

La "maison rouge" (d'après B. Muller 2007, fig. 16)

La “maison rouge”( d’après B. Muller 2007, fig.16)

Pour le comprendre il faut analyser la maquette et considérer le lieu de découverte. La maquette fait 62 cm de diamètre et 28,5 cm de hauteur. Au moment de la découverte, elle était très fragmentaire. Pour expliquer son état de dégradation, on a d’abord pensé qu’elle était tombée de haut, dans et à l’extérieur de la maison « rouge ». Aujourd’hui on pense plutôt que, suite à l’incendie de la maison, la maquette fut déplacée. On a pu la recomposer presque entièrement par les différents morceaux retrouvés, mais le nombre exacte de vases miniature qui y étaient conservés reste encore incertain.
Elle a été retrouvée très près de la maquette A, pas loin du temple double présargonide d’Ishtarat et Nini-Zaza et certains morceaux furent retrouvés dans la « Maison Rouge », une maison très incendiée datée du Protodynastique III, donc 2450-2250 env. Elle est à un seul niveau, c’est-à-dire elle représente seulement le RdC. Ce dernier a des cloisonnements intérieurs qui permettent une division de l’espace en pièces et une réelle circulation intérieure. Le vestibule mène directement à trois pièces : en face une cour (ou espace central), à gauche une petite pièce et à droite une pièce « cheminée », dotée donc de toit et de système de fumage. De la cour on peut rejoindre toutes les autres pièces par des portes creusées au centre de chacun de ses murs. La dernière pièce derrière la cour et en axe avec le vestibule mène à deux autres petites pièces. Donc la circulation est bien organisée, de manière très symétrique et de manière très semblable à celle de la maquette A bien qu’inversée. Les murs de la cour sont plus haut que les murs du périmètre extérieur.

La "maquette C" (d'après B. Muller 2007, fig. 1)

La “maquette C” (d’après B. Muller 2007, fig. 1

La configuration de la maquette, sa division en espaces  fait penser que la maquette servait de boîte (Béatrice Muller 2002), c’est-à-dire de contenant. En effet, deux de trois autres maquettes rondes de Mari ont été retrouvées avec des vases miniature à l’intérieur. Et dans les morceaux éparses de la maquette B il y avait aussi des vases miniature. La « Maquette A » a été retrouvée en 1954 en excellent état de conservation dans la rue qui porte son nom. Légèrement plus petite que la maquette B (diamètre de 53 cm et hauteur de 26,5 cm), elle était dans un coffrage de briques, et contenait 34 vases en miniature et quelques ossements de mouton.
La Maquette C a été découverte en 1995 dans le sous-sol d’une maison, sans coffrage de briques mais contenant 34 vases miniature. Elle était en excellant état de conservation, très légèrement plus grande que la maquette A (diamètre de 55 cm) mais moins haute (20 cm).
Enfin, la Maquette D, la dernière découverte (en 2000), était sous le sol d’une maison, identique à la maquette C en dimensions (55cm de diamètre) mais un peu plus haute (24 cm).

Les quatre maquettes sont donc très semblables, leurs différences ne concernent que des détails (par ex. le sens de direction du système de circulation, par ex. aussi les dimensions2 ), mais pas le concept général qui est le même. Ce concept se base sur la centralité de l’espace central qui desserve toutes les pièces de la couronne et sur la présence d’éléments constants, qui se retrouvent dans l’architecture domestique réelle contemporaine, comme la pièce cheminée, les banquettes, le foyer au centre de l’espace central, la présence -en haut des angles intérieurs- de supports corniers pour soutenir la couverture de l’espace central. Alors, on peut affirmer que ces maquettes prennent comme modèle les maisons contemporaines, non les temples. Mais elles ne veulent pas être une reproduction fidèle de ces maisons, puisque leur fonction n’était pas de reproduire la forme exacte de l’habitat. D’ailleurs, la forme ronde des maisons n’est plus attestée au IIIe millénaire mais trois millénaires plus tôt !

Plan de la ville de Mari (d'après Margueron 2004)

Plan de la ville de Mari (d’après Margueron 2004)

La forme ronde fait probablement allusion à la ville de Mari qui avait en effet une forme circulaire (Margueron 2004). Cela signifie que les maquettes sont des constructions idéales alliant un plan domestique usuel à la forme ronde de la ville. Il ne s’agit donc pas d’une architecture réelle, et vouloir retrouver une maison qui serait parfaitement égale à ces maquettes est illusoire. D’ailleurs, ce n’était pas un architecte qui les a faites, mais un potier. Le matériel des maquettes (l’argile) est le matériel de base en Mésopotamie, autant pour la construction que pour la décoration, l’écriture et même les figurines en ronde bosse. C’est un matériel non couteux, ni difficile à trouver. Mais il a l’avantage de la plasticité.

La position de ces maquettes -sous le sol des maisons ou de la rue- laisse penser qu’elles étaient utilisées comme dépôt de fondation. Et le fait d’avoir trouvé bien 4 maquettes montre qu’il ne s’agit pas d’un hasard mais d’une coutume locale visant à protéger les maisons et les rues de tout danger. Le moment où les maquettes était mises en terre et enfouies devait s’accompagner de rituels spécifiques, qui dans l’utilisation de mots appropriés et de gestes spécifiques renforçaient la protection magique de ces dépôts. Selon la série ominale Šumma ālu, plusieurs sortes de démons pouvaient être vus dans la maison et tous ces présages étaient néfastes, allant de la dispersion de la maison à la mort de ses occupants (Tablette 19, 1-11). Contre ces forces maléfiques, toute forme de protection magique -dont les maquettes font partie- était indispensable!

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “La maquette B de Mari”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 23/05/2022, https://ane.hypotheses.org/10619. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “La maquette B de Mari,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 23/05/2022, https://ane.hypotheses.org/10619.

Pour aller plus loin
L. Battini. 1997.  Du nouveau sur la maquette de Mari au Musée de Damas. Orient-Express 1997/3: 95-96.
J. Margueron 2004. Mari, métropole de l’Euphrate. Paris: Picard.
B. Muller 2002. Les « maquettes architecturales » du Proche-Orient ancien : Mésopotamie, Syrie, Palestine, du IIIe au milieu du Ier millénaire avant J.-C. (BAH 160). Beyrouth: , Institut français d’archéologie du Proche-Orient.
B. Muller et I. Weygand 2007. Nouvelles données sur les « maquettes » circulaires de Mari. Akh Purattim 2: 135-166.

  1. la découverte de bâtiments ronds est postérieure à la date de découverte des maquettes rondes []
  2. La maquette B est la plus grande et la plus haute des quatre []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.