La Dame d'Uruk

La ‘Dame’ d’Uruk

PLAN D'URUK

PLAN D’URUK

Considérée comme l’exemple le plus réussi de la statuaire d’époque uruk, cette tête en marbre, conservée au musée de Baghdad sous le numéro IM 45434, a été retrouvée en 1938 à Uruk, le site connu pour être la première « ville » de l’histoire. Elle fut trouvée dans une cachette du temple Eanna qui se trouve au centre d’Uruk et a une longue durée de vie.
La tête n’était donc pas en position primaire, mais secondaire : la tête n’avait pas été créée pour être enterrée dans la cachette, elle avait d’abord servi dans le temple pour enfin rejoindre la cachette au terme de sa vie. En tout temps de l’histoire mésopotamienne, en effet, les objets reliés au temple et endommagés ne sont pas jetés n’importe où mais cachés dans des fosses. La raison en est simple : étant remplis de la présence divine, ils ne peuvent être abandonnés dans la nature. Cette pièce qui reste unique à l’état actuel de nos connaissances, constitue le point de départ de la sculpture monumentale.

LA 'DAME D'URUK' VUE DE PROFIL

LA ‘DAME D’URUK’ VUE DE PROFIL

La tête a en effet une hauteur de 20 cm, donc est presque de grandeur naturelle. L’aspect juvénile du visage et le manque de barbe suggèrent l’identification avec une tête féminine. Le sculpteur a représenté la seule partie antérieur du visage, bien poli, l’intérieur est creux et le derrière est manquant. Dans la partie antérieure du visage sont représentés le front, les yeux, le nez, la bouche, les oreilles et les cheveux. Les yeux sont deux trous vides qui à l’origine devaient être rempli de matériel coloré, probablement de lapis lazuli, nacre ou coquille et bitume pour fixer comme dans d’autres statues qui ont conservé les yeux. Au fond des yeux il y a une petite cavité circulaire permettant l’accrochage des éléments rapportés.
Les sourcils sont rendus par un creux et se rejoignent au milieu, selon une convention artistique très répandue en Mésopotamie dans les trois millénaires de l’histoire mésopotamienne. À l’origine les sourcils étaient remplis d’un autre matériel (bitume, pierre, pâte colorée ou lapis lazuli) qui a depuis disparu. Les oreilles ont des perforations, ainsi on peut supposer qu’elles étaient décorées de bijoux rapportés. Les lèvres sont fines, jointes et sans sourire, les joues aux pommettes hautes sont pleines.Le nez est arrivé brisé, probablement un dommage involontaire qui n’a rien à voir avec la damnatio memoriae si fréquente dans les statues mésopotamiennes. Enfin, les cheveux, rendus en très faible relief, sont à crans plat et anguleux, tandis que la raie centrale est assez profonde et bien marquée. 6 trous discrets, dont quatre au niveau des tempes et sous les oreilles et deux à l’arrière du sommet de la tête, devaient être utilisés pour fixer d’autres matériaux qui devaient donner une impression plus naturelle à la coiffure. Peut-être il y avait aussi un tissu ou un voile qui couvrait partiellement les cheveux.

LA 'DAME D'URUK' VUE DE L'INTÉRIEUR

LA ‘DAME D’URUK’ VUE DE L’INTÉRIEUR

L’intérieur de la tête montre huit trous de fixation : quatre ronds et quatre allongés. Les premiers servaient pour fixer le métal précieux de la coiffure car ils sont percés sous les oreilles et au sommet de la tête. Les quatre trous allongés sont disposés en carré deux à deux et unis par un canal dans lequel devait passer un lien : on déduit qu’ils servaient à fixer la tête à un mur ou à la partie postérieure manquante de la tête. Mais la présence de ces trous de fixation suggère que la tête pouvait être portée comme un masque sur un ensemble disparu ou accrochée à une paroi ou un panneau. Troisième et dernière hypothèse, la partie postérieure de la tête était faite d’autres matériaux et la tête faisait donc partie d’une statue composite réalisée en ronde bosse qui aurait pour la première fois des dimensions presque naturelles.

Cette tête est unique, composée de matériaux différents, qui entre placages et incrustations devaient lui donner un caractère imposant et riche. Déjà le matériel de base de cette tête, le marbre blanc, ne se trouve pas en Mésopotamie, il vient donc d’échanges commerciaux, et donc pointe vers une production élitiste.
La tête a été réalisée avec grand soin et grande habilité technique : le modelé et les volumes du visage sont bien rendus. Le sculpteur montre en outre un souci de vérité anatomique1 qui est à rattacher aux bouleversements créés par la révolution urbaine. C’est à cette époque, en effet, que l’homme se place au centre de l’intérêt au détriment du monde naturel et animal qui avait dominé jusqu’à là. Mais les aspects physionomiques particuliers sont dans la tête de la ‘Dame d’Uruk’ insérés dans une forme hiératique qui fait du visage une expression idéalisée de la forme humaine. Tous ces caractères montrent une indubitable habilité technique qui dérive d’une longue pratique de la sculpture et de la réalisation d’objets en pierre, en grande partie disparus aujourd’hui. Si elle constitue la première œuvre sculpturale de grandeur nature, elle ne peut pas être identifiée, puisque elle ne porte aucune inscription, aucune marque d’identification2. Donc il pourrait s’agir d’une femme de prestige, les seules pour lesquelles on aurait réalisé une statue – prêtresse ou reine–, ou d’une divinité. Enfin, la tête démontre un changement du public par rapport aux siècles précédents : faite par l’élite –religieuse ou politique– la tête était exposée aux regards d’un public citoyen multiforme qui pouvait l’admirer dans les processions ou dans le temple. Avec la révolution urbaine, donc, c’est tout le monde de l’art qui s’est formé : la demande de biens d’élite créa un nouveau marché et nécessitait d’artistes capables, spécialisés dans la création de biens dispendieux voulus par l’élite dirigeant la ville et accessible à tous les niveaux sociaux citoyens.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “La ‘Dame’ d’Uruk”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 01/05/2022, https://ane.hypotheses.org/10521. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “La ‘Dame’ d’Uruk,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 01/05/2022, https://ane.hypotheses.org/10521.
  1. par ex. dans le double menton, dans la légère asymétrie de la bouche, dans le renflement de la lèvre supérieure []
  2. si elle avait la tiare à cornes on pourrait l’identifier avec une divinité []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.