Sceaux et comptabilité

Depuis leur apparition l’une des fonctions principales des sceaux est liée à la propriété et à la comptabilité. Qu’il soit figuré ou écrit ou figuré et écrit, le sceau devient un signe personnel d’autorité et propriété. Les premiers sceaux du Proche-Orient ancien, qui étaient des cachets en pierre1, datent de l’époque néolithique acéramique B (dite PPNB, fin du VIIIe mill BCE). Ils ont été retrouvés à Bouqras (sur Moyen Euphrate) et à El Kown (steppe syrienne). Dotés d’un décor géométrique, ils sont apposés sur des plaquettes qui servaient à fermer des petits récipients. En absence de serrure et de clé, la seule manière de fermer un objet ou une porte était le scellé.

Cachets de Tell Sabi Abyad (6300-6000 BCE). (Akkermans et Duistermaat 2004 : fig. 2)

Cachets de Tell Sabi Abyad (6300-6000 BCE) (Akkermans et Duistermaat 2004 : fig. 2)

Au Néolithique céramique cet usage du sceau se diffuse : dans le village “brûlé” de Tell Sabi Abyad (6300-6000 BCE), aujourd’hui en Syrie, une petite pièce de 3m2 contenait les scellements de récipients et paniers appartenant à des individus différents et stockés dans un bâtiment collectif, considéré comme un grenier pour céréales et autres provisions. 150 scellements de 67 cachets différents ont été retrouvés et cela signifie que plusieurs habitants possédaient déjà leur sceau et l’utilisaient sur les vases contenant leurs biens pour en garantir la propriété privée et empêcher l’ouverture illégale.

Scellements de Tell Sabi Abyad (6300-6000 BCE) (Akkermans et Duistermaat 2004 : fig. 6))

Scellements de Tell Sabi Abyad (6300-6000 BCE) (Akkermans et Duistermaat 2004 : fig. 6)

On retrouve les cachets et les scellements en Anatolie (Catal Hüyük), au Levant (Rash Shamra), en Iran et en Mésopotamie (Arpachiya). Utilisés pour marquer textiles, plaquettes de gypse, sacs de grain, mais désormais aussi sur de l’argile, pour fermer des portes, des vases et d’autres récipients. Le sac contenant un produit était fermé par une cordelette sur le nœud de laquelle on mettait une motte d’argile et sur elle on déroule le sceau. L’ouverture du vase contenant un bien était fermée par un tissu serré autour du cou par une cordelette sur laquelle était apposée une bandelette d’argile marquée par le déroulé du sceau. Pour fermer une porte on tirait une corde du vantail au pommeau fixé au chambranle et sur la corde on mettait de l’argile et on y scellait un sceau.
On connaît le matériel dont était fait le récipient à fermer grâce aux impreintes de ce dernier sur l’argile au revers de là où le sceau était apposé. À Arpachiya (Mésopotamie du Nord) on a retrouvé des bulles fusiformes destinées à enserrer les nœuds de liens fermant des récipients analogues (sacs, couffins).

Disposition des scellements trouvés dans le 'palais' d'Arslantepe

Disposition des scellements trouvés dans le ‘palais’ d’Arslantepe

Avec le temps, ces pratiques bureaucratiques se développent, se diffusent et se généralisent, en devenant constantes dans le contrôle des biens. Le ‘palais’ d’Arslantepe conservait près de 1 800 scellements d’une centaine de sceaux différents, correspondant à la comptabilité d’une vingtaine de jours, donc à une centaine de transactions par jour. En effet, les scellements qui fermaient les récipients une fois qu’ils étaient cassés pour prélever le produit intérieur, étaient stockés dans un panier dans la même pièce où se trouvait le récipient ouvert. Au bout d’un certain moment, le panier rempli de scellements cassés était transféré dans une autre pièce pour un archivage temporaire. En effet, une fois la transaction terminée, les scellements étaient jetés ou réutilisés en humidifiant l’argile. C’est seulement la fin brutale du palais que a permis la conservation de ces lots de scellements.

À l’époque d’Uruk (3500-2900 BCE), le sceau est utilisé  de plus en plus, comme le témoigne la prolifération des scènes représentées qui sont très variées et complexes. Deux autres nouveautés marquent cette époque. C’est à ce moment là qu’on passe du cachet au sceau-cylindre, qui permet de couvrir une surface bien plus importante que le cachet. Il est probable que ce changement soit dû aux besoins croissants de l’administration qui avec la naissance de la ville a une complexité bien plus importante qu’avant2. C’est aussi à partir de cette époque que datent les premières attestations de déroulés de sceaux sur les bullae3. Toutes les bullae retrouvées portent la trace d’un à quatre déroulés du même sceau.

Pendant le IIIe mill. BCE, le sceau-cylindre est appliqué sur les tablettes qui dérivent de l’aplatissement des bullae et sur lesquelles désormais sont indiqués les quantités et les biens arrivés à l’administration centrale. D’abord il s’agit de tablettes numériques (où on ne marque que des chiffres) et enfin de tablettes écrites. La seule exception connue pour l’instant est un cône d’argile protodynastique (2500 BCE ca)  portant une inscription et l’empreinte d’un sceau.

Le sceau cylindre commence à porter à côté d’une image, un petit texte écrit. D’abord (vers 2700 BCE), il s’agit d’un simple titre de propriété, se résumant au nom du propriétaire du sceau. Puis, au début du IIe mill. BCE, l’inscription comporte en général trois lignes et comprend le nom du propriétaire, sa filiation et la divinité personnelle: “NP, fils de NP, serviteur de la divinité ND” (voir la figure du sceau se Tutu-nasir, ici à côté). La légende est le plus souvent inscrite dans un cartouche, comme dans l’image ci-dessus. Plus rarement les signes cunéiformes se trouvent librement disposés dans le champ. L’analyse des tablettes scellées montre une prédilection pour la légende plutôt que pour l’image au moment du déroulement du sceau. À cette époque, donc, le sceau servait essentiellement à reconnaître une personne, une sorte de signature. Et cela même en absence de légende dans le sceau: le scribe, alors, marquait à côté du déroulé du sceau la mention “sceau de Un Tel”.


Tablette de prêt de produits céréaliers dans son enveloppe d’argile scellé par le sceau de l’emprunteur, Période d’Ur III (2100-2000 av. J.-C.). Drehem, (© CDLI)

Les empreintes de sceaux servaient pour authentifier des documents, comme des lettres, des documents administratifs et des contrats. Une fois rédigée, la lettre était mise dans une enveloppe d’argile portant la mention du nom du destinataire et le déroulé du sceau de l’expéditeur qui servait à la fois d’authentification (de l’expéditeur) et de protection de la lettre (le contenu étant protégé par le sceau déroulé sur l’enveloppe qui ne pouvait être cassée que par le destinataire). Lorsque un bien arrivait au palais, le réceptionnaire donnait un reçu portant le scellement de son sceau à celui qui avait effectué la livraison, comme preuve que la livraison avait été réalisée et pour identifier le réceptionnaire. Enfin, au moment de

Tablette de contrat datant du XVIIe siècle BCE, scellée de 11 sceaux de témoins. © CDLI (Image K. Wagensonner)

Tablette de contrat datant du XVIIe siècle BCE, scellée de 11 sceaux de témoins. © CDLI (Image K. Wagensonner)

l’établissement d’un contrat, le sceau devait être apposé à la tablette qui portait écrit ce contrat. S’il s’agit d’un contrat de durée limitée, comme les contrats de prêt, c’est le débiteur qui déroule son sceau et qui s’engage ainsi à rendre la somme due. Si le contrat est en revanche de durée permanente, comme dans les cas du transfert de propriété, le sceau du vendeur était apposé à la tablette, signifiant ainsi la fin de ses droits sur le bien vendu. Et la tablette était conservée par l’acheteur comme preuve de la vente définitive. Les contrats de vente portent souvent les déroulés des sceaux des témoins présents lors de la transaction. Cela servait à prouver la vente et à identifier les témoins, au cas où l’ancien propriétaire aurait réclamé son ancien bien.

Enfin, au Ier mill. BCE, quand l’araméen devient la langue parlée et l’écriture alphabétique se diffuse avec l’araméen dans tout le Proche-Orient, la tablette écrite reste encore quelque temps en Mésopotamie. Mais le papyrus est de plus en plus utilisé et ce nouveau support d’écriture engage un autre changement: le passage du sceau-cylindre à la bague-cachet.

Bague -cachet

Bague -cachet

Car le papyrus est scellé plus rapidement et simplement par des cachets sur la motte d’argile couvrant la cordelette qui fermait le papyrus. C’est à cette époque que pour authentifier un document, apparaît à côté des déroulés de sceaux la signature, ou plutôt la souscription autographe: à la place du sceau le scribe écrit “Un Tel, fils d’Un Tel, a écrit son nom de sa propre main”. Écrire son nom en écriture alphabétique, dotée d’une vingtaine de signes, était en effet beaucoup plus facile qu’en écriture cunéiforme, dotée de centaines de signes! Mais ce passage au papyrus signifie pour le chercheur d’aujourd’hui la perte de nombreux textes administratifs, puisque le climat du Proche-Orient conserve bien les tablettes mais non les papyri !

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Sceaux et comptabilité”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 11/04/2022, https://ane.hypotheses.org/10330. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Sceaux et comptabilité,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 11/04/2022, https://ane.hypotheses.org/10330.

 

Pour en savoir plus:
Akkermans, P. M.M.G. et K. Duistermaat 2004. More Seals and Sealings from Neolithic Tell Sabi Abyad, Syria. LEVANT 36: 1-11.
Charpin, D. 1985. Des sceaux aux signatures : l’usage des sceaux dans la Mésopotamie antique.
Frangipane M. 1997. A 4th-millennium temple/palace complex at Arslantepe-Malatya. North-South relations and the formation of early state societies in the Northern regions of Greater Mesopotamia. Paléorient 23 :45-73.
Tenu, A. 2016. Les débuts de la comptabilité en Mésopotamie. Archéologie de la comptabilité. Culture matérielle des pratiques comptables au Proche-Orient ancien. Comptabilités. Revue d’histoire des comptabilités 8 [En ligne], consulté le 09 avril 2022. URL : http://journals.openedition.org/comptabilites/

  1. parfois même en jadéite et albâtre. Pour les différences entre cachets et sceaux-cylindres, voir l’article Amulettes, cachets et sceaux cylindres. Voir aussi: Sceaux mésopotamiens et répétition []
  2. mais d’autres hypothèses existent pour expliquer ce passage du cachet au sceau-cylindre []
  3. on appelle ainsi des enveloppes d’argile creuses de forme ovoïde ou sphérique contenant des calculi, des “jetons” de comptabilité []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.