Les statues d’Ain Ghazal, ou la naissance d’une pensée collective

En 1983, 25 statues furent trouvé à Ain Ghazal pendant les fouilles d’un site menacé par la construction d’une route, 13 grandeur nature et 12 bustes dans une fosse §(“Cache I”). Puis, deux ans plus tard, 7 autres statues furent retrouvées dans une autre fosse, dite “Cache II”. Pourquoi cette découverte est exceptionnelle?

Comparées aux minuscules figurines humaines néolithiques contemporaines, les 32 statues d’Ain Ghazal sont ‘monumentales’, étant entre 35 et 100 cm de hauteur. En plus, le matériel dont elles sont faites est exceptionnel, le plâtre, un matériel qui a été pensé pour et demande un certain travail et une certaine préparation1.

Découverte d'une des caches

Découverte d’une des caches

Du point de vue chronologique, la Cache I (6750 +/- 80 B.C.) est env 200 ans plus ancienne que la Cache II (6570 +/- 110 B.C. ). Mais les statues de deux fosses partagent les mêmes éléments: forme anthropomorphe, elles sont grandes, aplaties (épaisseur d’environ 5 à 10 cm), presque bidimensionnelles, elle tiennent debout toutes seules, le corps est peu décrit (il n’y a pas d’organes sexuels par ex, le dos est droit, les fesses légèrement saillantes) et la tête est mise en valeur, parfois double, le plus souvent unique, elle est un cinquième de la taille totale des premières statues un sixième dans les dernières, et deux cinquièmes des bustes.

Elles ont été faites avec une armature en roseau: autour d’au moins trois fagots de roseaux liés par de la ficelle se forment la tête, le torse et les jambes. Puis on recouvre avec une épaisse couche de plâtre à chaux. Ce matériel était déjà connu, utilisé pour recouvrir les murs et les sols des maisons, pour des objets (jetons) et pour modeler les crânes, mais c’est une nouveauté son utilisation pour la statuaire en ronde-bosse. Enfin, toutes les pièces sont assemblées de manière qu’elles soient en équilibre. Les statues ont été soigneusement déposées dans la fosse, quand elles étaient en bon état de conservation. Donc elles ne sont pas été jetées, mais enterrés de manière volontaire sous des sols d’habitations abandonnés.

Quel est leur signification? Personnage humain? ou divin ? un ancêtre ? Un ‘fantôme’ maléfique à expulser? L’interprétation de ces statues comme divines ou ancêtres sont les plus courantes, mais la meilleure compréhension des sociétés anciennes peut aussi faire pencher pour une interprétation “magique” (êtres maléfiques à expulser).

Statue debout, tête énorme, bras rrès minces, sans sexe

Statue debout, tête énorme, bras rrès minces, sans sexe

En réalité, est seule notre curiosité qui veut nous faire identifier de manière plus précise ces statues, mais cela n’a pas vraiment raison d’être. Ce qui compte est le caractère unique qui est sa monumentalité. Cela signifie la collaboration humaine pour les fabriquer comme leur exposition au regard des tous. Leur grande taille permettait aux statues d’être vues par toute la communauté et, par conséquent, de participer activement aux rites communs. En d’autres termes, la statuaire monumentale a contribué au passage au rituel comme moment de cohésion collectif. Cette statuaire monumentale est le résultat de la néolithisation, du passage de la chasse/pêche et cueillette à l’agriculture, à l’habitat stable, à la formation des villages. Les statues servaient à lier la population des villages agricoles, car elles étaient des symboles puissants qui ont contribué à promouvoir une idéologie commune. C’est déjà la voie ouverte à la formation d’un État.

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les statues d’Ain Ghazal, ou la naissance d’une pensée collective”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 02/04/2022, https://ane.hypotheses.org/10301. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les statues d’Ain Ghazal, ou la naissance d’une pensée collective,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 02/04/2022, https://ane.hypotheses.org/10301.

 

  1. l’argile est encore peu utilisée []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.