Le genre littéraire mésopotamien de la ‘lamentation’

 

En Mésopotamie, existe depuis la fin du IIIe mill. BC un genre littéraire connu comme la lamentatio: des poèmes chantent la ruine d’une ville, que les dieux viennent d’abandonner et où tout le cours normal de la vie est ainsi altéré. Dans les cas où la fin du poème est connue, il semble que la vie ressurgit et les dieux rentrent dans leurs temples, pour signifier la fin de la période difficile.


On connait cinq compositions de ce type, toutes écrite au début du IIe mill. mais peut-être quelques siècles avant: la Lamentation sur Ur (LU), la Lamentation sur Sumer et Ur (LSUr), la Lamentation sur Uruk (LUruk), la Lamentation sur Eridu (LE) et la Lamentation sur Nippur (LN). Les catalogues littéraires paléo-babyloniens, c’est-à-dire les inventaires du début du IIe mill. BC citent en général ensemble trois de ces lamentations: la Lamentation sur Ur, la Lamentation sur Sumer et Ur, et la Lamentation sur Nippur. Les première deux sont tellement similaires par la thématique (la grande importance accordée à la description des ravages causés), par le contexte historique (la chute de la IIIe dynastie d’Ur) et par l’importance donnée à la ville d’Ur, qu’elles ont été probablement composées au même moment.

Tablette de la Lamentation sur Uruk, d'après Green 1984, fig. 1

Tablette de la Lamentation sur Uruk, d’après Green 1984, fig. 1

En revanche, la Lamentation sur Uruk et la Lamentation sur Nippur seraient selon certains auteurs une cinquantaine d’années plus jeunes que les deux premières et partageraient des éléments communs, comme un contexte historique moins précis, une allusion assez générique et plutôt littéraire à certains ennemis, la mention explicite du roi Išme Dagan (4e roi de la dynastie d’Isin, ayant régné entre 1953 et 1935 av. J-C en chronologie moyenne) et une thématique concentré plus sur la renaissance de la ville que sur son abandon. Enfin, la Lamentation sur Eridu, qui est peu conservé, serait plus proche des Lamentations sur Ur et sur Sumer et Ur que des celles sur Uruk et Nippur, mais vu qu’elle moins bien conservée, il est difficile d’avancer des hypothèses.

Malgré ses différences, ces lamentations ont une structure et des topos littéraires semblables: chaque poème est constitué de kirugu, strophes de longueur variable, chacune suivie d’un ges-ge4 gal2, un refrain.
Au début, la ville à laquelle la lamentation est consacrée (parfois d’autres cités sont également citées) connaît des dégradations successives, des abandons et des catastrophes successives qui concernent les règles, l’ordre des choses, les animaux et l’habitat. Voici le début de la Lamentation sur Sumer et Ur, en rouge les termes renvoyant à l’idée de destruction, en bleu les agents responsables de la destruction, envoyés par les grands dieux (la tempête et les ennemis):

“Pour dégrader les jours, pour que les règles tombent en oubli,
la tempête, telle un ouragan, engloutit (tout) pêle-mêle.
Que les me de Sumer seraient avilis,
que le règne propice s‘évanouirait,
que les villes seraient détruites et les maisons démolies,
que les parcs à bestiaux seraient jetées bas et les bergeries rasées,
qu’il n’y aurait plus de boeufs dans les parcs à bestiaux de Sumer,
que ses moutons ne se multiplieraient plus dans ses bergeries,
que les canaux charrieraient des eaux saumâtres,
que sur les bons champs croîtraient des mauvaises herbes,
que dans la steppe pousseraient des ‘herbes lamentation” (Lamentation sur Sumer et Ur, ll.1-11, traduction de P. Attinger).

Après l’effondrement de l’agriculture, du pastoralisme et des bâtiments urbains, suit l’effondrement social (en azur) et familial (en orange et toujours en rouge les termes renvoyant à la destruction, en bleu les agents responsables de la destruction):

“que la mère ne partirait plus à la recherche de son enfant,
que le père de famille ne dirait plus: ‘Ah! ma (chère) femme!’,
que la jeune épouse ne serait plus heureuse dans le giron (de son mari),
que le petit enfant ne grandirait plus sur les genoux (de ses parents),
que la nurse ne chanterait plus de berceuse,
que la royauté changerait de demeure,
que les décisions intelligentes seraient bloquées,
que la royauté serait emportée hors du pays
et qu’elle poserait ses yeux sur tout l’univers,
que, sur l’ordre d’An et d’Enlil, les règles tomberaient en oubli,
que, après qu’An a froncé les sourcils contre tous les pays,
après qu’Enlil a jeté un regard (favorable) sur une terre étrangère,
après que Nintur a repoussé ses propres créatures,
après qu’Enki a maudit le Tigre et l’Euphrate
et Utu condamné chemins et routes,
les me de Sumer tomberaient en oubli et ses règles seraient altérées,
que les me de royauté et le règne d’Ur seraient écartés,
que l’Ekiçnuμal du fils princier serait avili,
que l’unité du peuple de Nanna, pullulant comme des brebis, serait déchirée,
que d’Ur, le sanctuaire aux riches offrandes, les offrandes seraient détournées,
que ses gens ne séjourneraient plus dans leurs demeures, qu’ils seraient livrés dans des lieux
hostiles,
que ce seraient des Šimaškéens et des Elamites hostiles, qui occuperaient leurs logis,
que des ennemis s’empareraient de son pâtre dans son propre palais (Lamentation sur Sumer et Ur, ll.13-35, traduction de P. Attinger)

L’effondrement du temple participe de cette destruction générale: il est abandonné par les dieux et les offrandes oubliées (“D’Ur, le sanctuaire aux riches offrandes, les offrandes furent [détournée..” l.102). La ville est abandonnée par les dieux locaux qui ne sont pas les responsables du désastre et même se plaignent de la situation1, mais qui se soumettent à la décision des grands dieux. Ces derniers réalisent leur plan en envoyant  deux principaux agents destructeurs: la tempête cosmique et les ennemis humains:

“c’est ce destin que décrétèrent An, Enlil, Enki et Ninhursag/Ninmah.
Un destin décidé par eux ne peut être modifié, qui pourrait bien l’altérer?
Qui pourrait s’opposer aux ordres d’An et d’Enlil?
An frappa de crainte (les gens de) Sumer dans leurs demeures, le peuple eut peur.
Enlil fit s’écouler des jours malsains, ils plongèrent la ville dans le silence.
Nintur verrouilla les greniers du pays,
Enki ‘lia’ les eaux du Tigre et de l’Euphrate,
Utu arracha des bouches la justice et les paroles dignes de confiance,
Innana remit à des pays en révolte (tout ce qui touche) à la bataille et aux combats
et Ningirsu répandit Sumer devant les chiens comme (si c’était) du lait” (Lamentation sur Sumer et Ur, ll.50-64, traduction de P. Attinger)

La ville entière est abandonnée: “après avoir été (solidement) fondées, villes et agglomérations seraient comptées pour collines de ruines” (Lamentation sur Sumer et Ur, l.40). Les gens souffrent de faim, n’ont plus de force, se laissent aller:
“Tels de l’eau déversée dans une fosse, ses gens allaient et venaient (sans but).
Leur force disparut d’elle-même, leur vigueur diminua.
Enlil installa dans la ville la famine, (cette) misérable,
il y installa ce qui détruit les cités, ce qui démolit les maisons,
il y installa ce que l’on ne peut affronter par les armes,
il y installa les vertiges dus à un estomac vide.
A Ur, l’on ne cessait d’incliner la tête comme un roseau solitaire.
Tels des poissons vivant dans un …, ses gens cherchaient (des lieux où) se réfugier
Petits et grands gisaient côte à côte, personne ne pouvait se lever” (Lamentation sur Sumer et Ur, ll.294-302, traduction de P. Attinger).

Et le roi aussi pour la première fois connait la famine: “Son roi ne …, il n’y a rien à manger pour lui. Le roi, qui était habitué à manger de bonnes choses, (dut) se contenter de rations. Sombre devint le jour (pour lui), (ses) yeux étaient pleins d’envie, il connaît l’absence d’appétit. (Lamentation sur Sumer et Ur, ll.303-305, traduction de P. Attinger).

Les ruines des villes anciennes, fouilles d'Ur (1931), Crédits : Wikicommons

Les ruines des villes anciennes, fouilles d’Ur (1931), Crédits : Wikicommons

Sin, dieu tutélaire de la ville d’Ur, triste par tout ce qui se passe dans sa ville, cherche de persuader son père Enlil à changer d’avis, mais sans résultat, puisque “On ne revient pas sur une sentence définitive, un ordre de l’assemblée. La parole d’An et d’Enlil ne saurait être changée” (Lamentation sur Sumer et Ur, ll. 364-365,, traduction de P. Attinger). Une autre fois, après que la famine à l’intérieur et les ennemis à l’extérieur aient durement affecté la ville d’Ur et ses habitants, Enlil écoute la prière de son fils Sin et non seulement met fin aux tourments de la ville, mais en décide aussi la reconstruction: “qu’Ur soit (re)bâtie dans la luxuriance, que les gens s’inclinent devant elle” (ll.464-465). Bien que la composition se termine avant la renaissance de Sumer et d’Ur, les dernière lignes la laissent prévoir.
Les autres lamentations terminent par la description d’un rituel où un homme humble récite une lamentation et des prières devant le dieu poliade pour restaurer son temple et ainsi redonner vie et prospérité à la ville.

Les spécialistes soulignent souvent que ces lamentations sont les résultats d’un choc profond provoqué par l’effondrement de la IIIe dynastie d’Ur et que les rois d’Isin, successeurs temporaires de cette dynastie, ont tenté de se présenter avec ses lamentations et d’autres oeuvres littéraires, comme les dignes et légaux successeurs des rois d’Ur. Mais les textes officiels anciens ont souvent plusieurs clés de lecture et à une analyse historique attentive au moins de la Lamentation sur Sumer et Ur on retrouve une vérité ‘philosophique’ à plus vaste portée: les civilisations passent, les villes un temps importantes et puissantes cèdent le pas à d’autres:

“Depuis l’aube des temps, lorsque les peuples ont été établis, jusqu’à (maintenant), qui a jamais vu un règne royal ayant la précellence pour toujours?” (Lamentation sur Sumer et Ur, ll.367-368, traduction de P. Attinger)

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Le genre littéraire mésopotamien de la ‘lamentation’”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 21/03/2022, https://ane.hypotheses.org/10221. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Le genre littéraire mésopotamien de la ‘lamentation’,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 21/03/2022, https://ane.hypotheses.org/10221.

 

Pour en savoir plus:
P. Attinger, 2017. La lamentation sur Sumer et Ur (2.2.3)
P. Attinger, 2015. Une nouvelle édition de la Lamentation sur Ur. Reviewed Work(s): The Lamentation over the Destruction of Ur. Mesopotamian Civilizations18 by Nili Samet. Dans Orientalia  84: 41-74.
D.E. Fleming, 2003. Ur: After the Gods Abandoned Us. Dans The Classical World 97: 5-18.
M.W. Green, 1984. The Uruk Lament. Dans Journal of the American Oriental Society 104: 253-279.

 

  1. “Le temple de Kish, le Hursaμkalama, était sens dessus dessous. Zababa [prit un autre chemin, loin de sa] demeure [bien-aimée]. La vénérable BaU [versait des larmes douloureuses dans] l’E…:
    ‘Hélas! [ma] ville [détruite, mon temple démoli!’, ne cessait-elle de répéter amèrement]. Lamentation sur Sumer et Ur, ll.115-118, traduction de P. Attinger []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.