Les banquets après une nouvelle fondation

La fondation ou refondation d’une nouvelle capitale (voir l’article La ville neuve) terminait avec un banquet de dimensions et mets exceptionnels (voir l’article Repas quotidiens, repas de fête en Mésopotamie). Le roi se devait d’inviter d’abord les dieux, qui lui avaient confié la tâche de la construction et qui par leur présence assuraient le bien être et la bonne chance. Puis, il invitait la cour, les hauts fonctionnaires, les fonctionnaires locaux et les simples assyriens.

Pour fêter sa nouvelle capitale, Sargon II (721-705 av. J.-C.) invita à un “joyeux banquet” les dieux d’Assyrie, les rois des quatre quarts du monde, les gouverneurs provinciaux, les princes, les eunuques et les anciens du pays d’Assyrie (Fuchs 1993, inscription de la salle XIV du palais royal). Dans une autre version, il élargit un peu la liste des invités, en mentionnant également les surveillants et les officiers (Fuchs 1993, Annales de la salle II du palais royal). Les successeurs de Sargon II furent moins précis en relatant les invités de leurs banquets: son petit-fils Assarhaddon (681-669 av. J.-C.) ne cite que les “officiers et les gens d’Assyrie”, son fils Sennacherib (705-681 av. J.-C.) est encore plus vague: “Lors de la dédicace du palais, j’ai arrosé de vin le front des gens de mon pays, avec de l’hydromel j’ai arrosé leurs cœurs.”

Stèle du banquet, Assurnasirpal II

Stèle du banquet, Assurnasirpal II

C’est Assurnasirpal II (883-859 av. J.-C.) qui reste le plus précis dans la description du banquet donné pour la construction de sa capitale: “Quand moi, Assurnasirpal II, j’ai consacré le palais de Kalhu, 47.074 hommes et femmes avaient été invités de de toutes les régions de mon pays ; 5.000 dignitaires et envoyés des peuples des pays Suhu, Hindānu, Patinu, Hatti, Tyr, Sidon, Gurgumu, Malidu, Hubušku, Gi1zānu, Kummu et Musasiru;16.000 personnes de Kalhu ; et 1.500 zarīqū de mon palais – tous, au total 69.574 y compris ceux convoqués de tous les pays et le peuple de Kalhu”,

Les festivités durèrent dix jours et le roi se vante d’avoir donné à manger et à boire à tous ses convives, mais aussi de les avoir faits baigner et oindre.

Les mets étaient nombreux et raffinés, ils se distinguaient des repas quotidiens en qualité et en possibilité de choix. Pour cette raison, ils étaient constitués en grande partie de viande, qui n’apparaissait pas ni sur tous les tables ni tous les jours! Il y avait un large choix de viandes: volailles (oies, canards surtout, pigeons, oiseaux mesukku et oiseaux qaribu1, les poulets commencent à faire leur apparition probablement au Ier mill. av J-C), quadrupèdes (bovins, ovins, moutons), oeufs et poissons.
On trouve des mets encore plus rares, comme les criquets, les cerfs, les gerboises, les oeufs de tortue, les lapins…
Il y avait aussi des pains, des légumes, des oignons, du grain, sésame, de l’orge,  et des nombreux fruits: grenades, raisin, pistaches…

Mais banquet rime surtout avec boissons, comme rappelle cet hymne à Ninkasi, la déesse de la bière, une exception par rapport aux autres hymnes à cause de son humorisme: “Je ferai en sorte que les échansons, les garçons et les brasseurs se tiennent prêts, pendant que je me retourne dans l’abondance de la bière, pendant que je me sens merveilleux, je me sens merveilleux, boire de la bière, dans une humeur béate, boire de l’alcool, me sentir exalté, avec de la joie dans le coeur et un foie heureux, alors que mon coeur est plein de joie, et mon foie heureux, je le couvre d’un vêtement digne d’une reine !”

Les mets étaient en quantité exceptionnelle, étant donné le nombre des participants. L’inscription d’Assurnasirpal II est la plus précise:
“100 bœufs gras, 1.000 veaux et moutons de l’étable, 14.000 moutons qui appartenaient à la déesse Ištar ma maîtresse. à la déesse Ištar ma maîtresse, 200 bœufs à la déesse Ištar ma maîtresse,1.000 moutons siserḫu, 1.000 agneaux de printemps, 500 chevreuils aiialu, 500 cerfs, 1.000 grands canards, 500 canards, 500 oies, 1.000 oiseaux mesukku, 1.000 oiseaux qaribu, 10.000 pigeons, 10.000 tourterelles, 10.000 petits oiseaux, 10.000 poissons, 10.000 gerboises, 10.000 œufs, 10.000 pains, 10.000 cruches de bière, 10.000 “peaux” de vin, 10.000 récipients de grain et de sésame, 10.000 pots de  … chaud, 1.000 boîtes de légumes verts, 300 (conteneurs de) l’huile, 300 (récipients de) malt, 300 (récipients de) plantes raqqatu mélangées, 100 (récipients de) kudimmus, 100 (conteneurs de) …, 100 (conteneurs d’) orge perlé, 100 (conteneurs deubuhšennu-grain, 100 (récipients de) bière fine billatu, 100 (récipients de) grenades,100 (récipients de) raisins, 100 (récipients de) zamrus mélangés, 100 (récipients de)
pistaches, 100 (récipients de) 100 (récipients de) oignons, 100 (récipients de) ail, 100
(récipients de) kunipḫus, 100 bottes de navets, 100 (récipients de) grzines ḫinḫinu, 100
(récipients de) giddū, 100 (récipients de) miel, 100 (récipients de) ghee, 100 (récipients de) graines abšu rôtiess, 100 (contenants de) graines šu’u grillées, 100 (contenants de)
plantes karkartu, 100 (récipients de) plantes tīiatu, 100 (récipients de) moutarde, 100
(récipients de) lait, 100 (récipients de) fromage, 100 bols de boisson mīzu, 100 bœufs salés,
10 homers de noix dukdu décortiquées, 10 homers de pistaches décortiquées, 10 homers de …, 10 homers de ḫabbaququ, 10 homers de dattes, 10 homers de titipu, 10 homers de cumin, 10
homers de saḫūnu, 10 homers de uriānu 10 homers de andaḫsu, 10 homers de šišanibu, 10
homers de simberu-fruit, 10 homers de ḫaš , 10 homers d’huile fine, 10 homers de fines
aromatiques, 10 homers de 10 homers de courges naṣṣabu, 10 homers d’oignons zinzimmu, 10 homers d’olives.” (Grayson RIMA 2)

Ces banquets faits pour une nouvelle fondation servaient à célébrer plus le souverain que sa nouvelle capitale: sa largesse pour préparer le banquet et inviter tous ses sujets étaient la preuve que son règne aurait été bon. Mais ces banquets avaient surtout une fonction politique unificatrice: en invitant toute catégorie sociale, le roi montrait sa bienveillance envers tous et stabilisait ainsi son pouvoir. En effet, quand un pouvoir autoritaire et basé sur l’inégalité sociale utilise des moments spécifiques pour “pervertir” cet état, les contestations sociales sont beaucoup moins nombreuses.

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les banquets après une nouvelle fondation”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 13/03/2022, https://ane.hypotheses.org/10123. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les banquets après une nouvelle fondation,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 13/03/2022, https://ane.hypotheses.org/10123.

 

Pour aller plus loin
Ermidoro, S. 2015. “Naptan ḫud tu aškun”. Practice and Ideology of Neo-Assyrian Banquets,
Fuchs, A. 1993. Die Inschriften Sargons II aus Khorsabad, Göttingen.
Grayson, A.K. 1991. Assyrian Rulers of the Early First Millennium BC I (1114-859 BC) (RIMA 2),
Toronto- Buffalo-London

  1. les oiseaux mesukku et qaribu sont d’identification difficile []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.