Comprendre les terres cuites

Dans la terminologie archéologique, terre cuite (de l’italien terra cotta qui signifie «argile cuite»), se réfère à des plaquettes imagées et à des figurines humaines et animalières. Les scènes représentées sur les plaquettes sont très variées: scènes de culte, de sexe, de vie quotidienne, représentations d’animaux, de roi, d’offrant… Si les
scènes cultuelles et tout particulièrement celles concernant les déesses plutôt que les divinités mâles sont statistiquement les plus importantes par rapport à n’importe quel autre type de scène, une partie très réduite mais très intéressante concerne des moments insoupçonnés de la vie quotidienne, comme le ramassage de fruits sur les arbres, comme l’allaitement (de préférence au sein gauche, comme aussi sera présentée Marie dans de nombreuses peintures), comme la chasse. Mais le pourcentage le plus élevé est tenu sans aucun doute par les figurines féminines nues. Représentées complètement nues, mais avec des chapeaux ou des coiffures assez différentes tout comme les bijoux (boucles d’oreille, colliers, bracelets…), la poitrine et le sexe particulièrement soulignés, ces femmes sont toutes frontales, ne portent rien dans les mains, à part une classe de figurines (qui portent dans les mains un disque/tambour/ vase). Parfois le ventre semble gonflé: serait-ce une représentation d’une grossesse? Parfois les mains sont sur le ventre: ce simple geste, si typique des femmes enceintes, pourrait là aussi faire supposer une grossesse… Mais alors que dire des cas de représentations de 2 femmes nues chacune se touchant le ventre? Les hommes sont aussi représentés, mais de manière vraiment très limitée: comme offrants, comme personnages avançant en armes, comme musiciens, très rarement aussi nus et frontaux…

 

Les animaux sont très souvent représentés: chiens, lions (le chien est considéré faire partie de la famille des lions dans la série lexicale HARra = ḫubullu), chevaux, oiseaux, petits animaux comme grenouilles. Si les animaux fantastiques liés à des divinités spécifiques peuvent être expliqués comme objets cultuels (sans leur nier aussi une fonction esthétique, d’embellissement des demeures), il est plus difficile et reste encore controversé de donner une signification aux autres animaux: jouets?, objet esthétique?, porte-chance?… Quand toutes les théories recherchent une solution unique pour la «catégorie figurines animales», la solution est peut-être dans la pluralité des fonctions de ces objets : un chien retrouvé dans une tombe, ou sous le sol d’une maison/palais, ou dans un temple ou dans la rue n’a probablement pas la même valeur: objet de souvenir ou de protection pour la tombe, apotropaion pour la position sous le sol de la maison/palais, ex-voto ou dédicace ou encore apotropaion pour le chien dans le temple, jouet ou apotropaion pour la figurine du chien retrouvée dans la rue… Les seuls cas sûrs de jouets sont les hochets: des objets à 3 D en forme d’animal ou de roue et remplis avec un ou plusieurs cailloux qui font un jolie bruit… décidément nous n’avons rien inventé!
Il y a aussi des chariots avec des représentations divines, des bateaux, des lits avec des scènes érotiques, des miniatures d’objets comme chaises et petites tables rondes dont la signification exacte nous échappe en large partie.

Il faut reconnaître que malgré leur charme et la fascination qu’elles provoquent, les plaquettes et les figurines en terre cuite sont encore loin de nous avoir tout dévoilé. Au siècle dernier, on supposait par ex. que toutes les représentations de femmes nues étaient des déesses. Aujourd’hui elles sont plutôt considérées comme des symboles de fertilité, ou des apotropaia (=objets de protection contre un danger) liés aux risques de l’accouchement, ou des ex-votos en remerciement de la grâce reçue (une naissance qui s’est bien passée pour la mère et l’enfant)… Il ne reste pas moins vrai que certains caractères de ces femmes nues les rapprochent des images divines, comme par ex. leur position frontale, ou sont difficilement explicables à l’intérieur de la société mésopotamienne, comme la nudité, étonnante dans un monde où la femme ne se dévoile pas et où la seule déesse qui est représentée le faire (Ishtar) n’est pas un modèle de vertu féminine… Et que dire des scènes érotiques dont
plus d’une cinquantaine sont connues et qui au moins pour 2/3 préfèrent la position ‘a tergo’? Peut-on réellement supposer ces plaquettes orner les parois des maisons? Et comment expliquer alors la présence de 3 de ces objets dans une tombe d’une femme de la famille royale néo-assyrienne? C’est seulement en posant ces questions que les chercheurs d’aujourd’hui ou de demain arriveront à résoudre les petits mystères dont se compose la vie de tout être humain et que l’archéologue passionné a envie de découvrir.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, "Comprendre les terres cuites," dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 30/06/2018, https://ane.hypotheses.org/1011. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, "Comprendre les terres cuites," in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 30/06/2018, https://ane.hypotheses.org/1011.


Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.