La ville neuve

En répétant l’action constructive des dieux, la construction d’une ville entière permettait au roi de prétendre sa proximité avec les dieux. Mais elle lui permettait surtout de se glorifier, de célébrer sa grandeur, son pouvoir, son règne. Enfin, en construisant une ville nouvelle, le roi avait la possibilité de ne pas faire tomber dans l’oubli son propre nom. En effet, fonder une ville signifie lui donner un nom, et comme acte royal, il était aussi présent et relaté dans les inscriptions royales.


La ville nouvellement créé reçoit le nom du fondateur : un nom composé en Dûr (‘forteresse’) + nom de roi, ou Kâr (‘quai’) + nom de roi, comme Dûr-Yahdun-Lim (XIXe s), Dûr-Samsuiluna (XVIIIe s), Dûr-Sharrukin (VIIIe s), Kâr-Tukulti-Ninurta (XIIIe s)…

Plan de la ville de Babylone, probable refondation

Plan de la ville de Babylone, probable refondation

La décision de fonder une ville émane du roi, inspiré par la volonté divine, qui se manifeste parfois sous la forme d’un songe (Kâr-Tukulti-Ninurta et Dûr-Sharru-kîn), et par la demande royale e l’avis des dieux, sollicité pour chaque étape de la construction. En réalité, les raisons de fonder une ville ex nihilo sont variées, autant politiques que militaires ou économiques. La forteresse de Dûr-Samsuiluna fut construite la 20e année de règne du roi Samsu-iluna (1730 av. J-C), puisque la région de la Diyala, Eshnunna in primis, s’était révoltée encore une fois. Et il semble que cela ait fonctionné ! La décision de fonder une capitale a un poids politique très fort: pour s’éloigner du contrôle du clergé d’Assur, Tukulti-Ninurta en premier, puis Assurnasirpal ensuite, construiront une capitale en dehors de la ville sainte d’Assur : Kar-Tukulti-Ninurta, qui ne semble pas avoir resisté longtemps à la mort de son fondateur, et Nimrud, qui en revanche a connu une plus longue vie. Les fondations de villes capitales sont donc assez spécifiques: comme toute ville capitale, les éléments symboliques sont très importants. Mais dans la capitale fondée ex nihilo, la disponibilité du terrain permet de créer des jeux numériques qui sont des allusions symboliques au roi et à son pouvoir. Dûr Sharrukin, la nouvelle capitale du roi Sargon II (celui dont au Louvre vous pouvez admirer les bas-reliefs), a été construite sur des rapports mathématiques précis qui, établissant des comparaisons entre zone du palais et zone des temples, ont servi à suggérer une divinisation que le roi ne pouvait pas affirmer de manière trop directe mais à laquelle il aspirait clairement. Dans l’une des ses inscriptions, le roi affirme que la muraille entourant sa capitale, 16 283 coudées, est égale à la valeur numérique de son nom. Il y a donc une identité très forte entre le roi et sa ville.

Construire une ville entière suppose la mise en place d’abord d’un plan et ensuite de toute une logistique pour le réaliser. Le site doit être choisi avec soin, l’urbanisme clairement défini, les bâtiments décidés avant le début de la construction. Vu que la ville était sur terrain vague, sans superpositions existantes, elle a été conçue sur plan hippodamien, qui existe en Mésopotamie depuis la fin du IVe mill. av. J-C et qui n’est donc pas une invention des Grecs. Les villes nouvelles- qu’elles soient capitales ou non- sont construites en forme de quadrilatère (plus rarement circulaire) et très bien ordonnées, les rues se coupant à angle droit en créant des îlots rectangulaires.

Plan ancien de Nipppur retrouvé sur une tablette d'argile

Plan ancien de Nipppur retrouvé sur une tablette d’argile

Le roi participait clairement à définir le plan de la construction, surtout si la ville nouvelle sera sa capitale. Dans ce cas, l’organisation du plan reflètent à la fois les conceptions architecturales de l’époque et l’idéologie du fondateur. Dûr Sharrukin a été conçue comme la représentation du cosmos, à l’intérieur duquel l’architecture urbaine et son décor deviennent un moyen de propagande destiné à impressionner par la puissance des murailles et du palais royal et à susciter l’admiration par le luxe et la perfection artistique1.
Autre moyen de propagande, les toponymes sont révélateurs. Temples, portes urbaines et palais royaux recevaient des noms officiels qui sont déjà un manifeste politique du règne: les portes urbaines de Dûr Sharrukin célèbrent l’abondance, la stabilité, la reconnaissance divine du règne de Sargon II.

Fonder une ville en son intégralité est une opération d’envergure, souvent relatée dans les inscriptions royales. Il faut beaucoup de matériaux, plus que la norme puisque en un temps limité il faut construire toute une ville. Même la production de briques crues, fabriquées à partir d’argile et de paille, devient compliquée dans une capitale qui fait 300 hectares comme Dûr Sharrukin ! Il fallait aussi du bitume pour imperméabiliser, du bois pour les poutres et les plafonds, des pierres pour les statues et le décor, des métaux pour des parties architecturales (colonnes) et décoratives (statues)… Sans oublier les dépôts de fondation, en or, argent, bronze, calcaire, lapislazuli et autres matériaux… Il s’agit de clous en bronze ou pierre, de gros cylindres, de prismes et de tablettes écrites en cunéiforme en argile ou en pierre comme le lapis-lazuli ou la cornaline. Ces nombreux dépôts de fondation sont mis en place pour protéger la ville aux endroits considérés les plus dangereux : les portes urbaines, certains endroits des murailles et du palais royal, à l’entrée des temples. Car comme rupture de la cohésion du mur, les portes sont les endroits les plus dangereux.

Tablette en or, dépôt de fondation de Sargon II

Tablette en or, dépôt de fondation de Sargon II

Ainsi, à part les briques, produites localement (mais pour les grandes capitales produites aussi par les villes les plus proches, car le nombre de briques nécessaires était trop grand), les matériaux viennent d’ailleurs, certains même de très loin. Le bois vient principalement de Syrie et du Liban et est expédié par flottage sur les fleuves2. Les pierres sont d’origine assyrienne et transportées sur des traîneaux, les métaux viennent de Turquie ou d’Iran.
Plusieurs hauts dignitaires surveillent les travaux qui sont exécutés par de la main d’oeuvre non spécialisée (et au Ier mill. av. J.-C. aussi par des esclaves et des déportés) sous la direction de spécialistes de grande renommé. Travaillant pour le roi et pour sa capitale, les travaux vont vite : en dix ans (en 707 av. J.-C.) est terminée Dûr-Sharrukin, la capitale de Sargon, commencée en 717 av. J.-C. .
La fin des travaux est couronnée par un festin de plusieurs jours où les dieux, les hautes dignitaires et gens ordinaires étaient conviés3. Si le roi répète l’œuvre créatrice des dieux, si selon les textes c’est un acte royal par excellence et une œuvre pie, souvent la ville nouvelle, surtout la capitale, ne résiste pas à la mort de son fondateur ou survit en forme très modeste (Dûr-Sharrukin, Kar-Tukulti-Ninurta).
Le roi peut aussi refonder une ville et cette décision lui appartient entièrement. La refondation ne veut pas être une réplique de ce qui a été fait: c’est une création qui lie le roi aux rois qui l’ont précédé, création qui ne doit pas être originale mais se conformer à ce qui avait été fait, à la tradition : et dans ce maintient du plan originale le roi montre le respect de l’ordre établi par les prédécesseurs et légitime son pouvoir, en appartenant génétiquement ou idéalement à la lignée des rois précédents.

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “La ville neuve”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 05/03/2022, https://ane.hypotheses.org/10050. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “La ville neuve,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 05/03/2022, https://ane.hypotheses.org/10050.

 

  1. “J’ai gravé sur de grandes dalles de calcaire des images des établissements ennemis que j’avais conquis. J’en ai entouré les salles du palais et j’en ai fait un objet d’émerveillement” Inscription royal de Sennacherib []
  2. Oronte, Euphrate et Tigre []
  3. sujet de l’article de la semaine prochaine []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.