ASOR 2018 ANNUAL MEETING, Denver, Colorado, 14th-17th November

The 2018 ASOR Annual Meeting will be held in Denver, CO, from November 14th to 17th at the Denver Marriott Tech Center. The conference attracts over 1,000 scholars and enthusiasts of archaeology, linguistics, geography, epigraphy, anthropology, and other fields related to the study of the ancient Near East. For more detailed information see http://www.asor.org/am/

The ASOR Call for Papers has been posted online (2018 List of Approved Sessions and Workshops on the ASOR Annual Meeting website). The deadline for abstract submissions is February 15, 2018.  

 

76 approved Sessions or Workshops promote discussions on important topics, such as:

-Object, Text, and Image: Interdisciplinary Approaches to Seals, Sealing Practices, and Administration

-Performance and the Body in the Ancient Near East and Mediterranean

-Archaeology of Islamic Society

-The Megiddo Excavations: New Studies Reflecting on the Archaeology and History of Ancient Israel and Beyond

-Death and Dying in the Ancient Near East

-The Archaeology of the Kurdistan Region of Iraq

-Archaeology of the Near East: the Classical Periods

-House and Household in the Near East: Archaeology and History

-Maritime Archaeology

-Gender in the Ancient Near East

-Thinking, Speaking, and Representing Animals in the Ancient Near East: New Perspectives from Texts and Images

-Theoretical and Anthropological Approaches to the Near East

Abstracts should be submitted via ASOR’s Online Abstract Management System. The abstract will be forwarded to the correct Session Chair based on the session(s) noted on the form. For further information or questions specifically related to session, please email the session chair in advance of the submission deadline.

Questions regarding the status of submitted abstracts should be emailed to Arlene Press, ASOR’s Programs and Events Manager.

The research may also be best presented in poster format. Poster abstract submission will open January 15, 2018, and will close on August 1, 2018. Poster abstracts must be submitted through the ASOR’s Online Abstract Management System as well. More details can be found on the Projects on Parade Poster Session page.

 

Award Nominations. Different awards honor scholars for a book (written or edited), for the career, for special support or service contributions to ASOR or other institutions and for the most original poster.

 

Future Annual Meetings :  2019: San Diego, CA
2020: Boston, MA

 

The American Schools of Oriental Research (ASOR) is a non-profit organization whose mission is to initiate, encourage, and support research into, and public understanding of, the history and cultures of the Near East and wider Mediterranean world, from the earliest times. ASOR is apolitical and has no religious affiliation : http://www.asor.org/

 

 

Ancient Near Eastern Empires Centre at the University of Helsinki is recruiting doctoral researchers

The Centre of Excellence in “Ancient Near Eastern Empires” (ANEE) at the University of Helsinki will run from 2018–2025 and is directed by Dr. Saana Svärd. ANEE asks: How do changing imperial dynamics impact social group identities and lifeways over a millennium? ANEE covers the Neo-Assyrian, Neo-Babylonian, Persian, Hellenistic, and early Roman / Parthian Empires. ANEE engages with methodologically varied yet integrated research on the long-term processes by which social group identities and lifeways were negotiated. Taken together, the innovations of ANEE are the integrated longue durée approach; and the methodological innovativeness of each team (both separately and in collaboration). There will be several recruitment calls for fixed term positions during ANEE’s lifespan (doctoral students, postdoctoral researchers, and university researchers).

ANEE is now recruiting members for three teams which investigate identity-building processes. Each team has a methodologically specific approach yet collaborates on four work packages.

Applications are invited for DOCTORAL RESEARCHERS (1–3) for a fixed term of up to 4 years, starting on or before 1 September 2018 to work in the University of Helsinki. The successful candidates’ research projects will focus on the goals of a team or teams. The applicant should indicate to which team she/he is applying. The selected doctoral candidates will need to apply for acceptance in the graduate school for either the Faculty of Arts or Faculty of Theology in March 2018. Their main duties will consist of PhD studies and writing of a dissertation. As ANEE is deeply multidisciplinary, competence in more than one field and/or proof of successful scientific collaboration will be considered an advantage.

Team 1 “Digital Humanities Approaches” develops digital humanities approaches (especially social network analysis and language technology), using these to supplement the more traditional Assyriological approaches. Team 1 is looking for applicants with a solid background in Assyriology or a related field (within the chronological scope of ANEE) and/or skills in Digital Humanities that can be put to use in relation to ANEE’s goals. Team 1 is led by Saana Svärd (saana.svard@helsinki.fi).

Team 2 “Social Scientific Theory & Applications” tests and refines theoretical models from the social sciences for ancient evidence, integrating anthropological approaches to archaeology with sociological readings of textual and archaeological evidence. Team 2 seeks students with backgrounds in history of the Levant and/or the social sciences, and especially with an interest in migration, forced labor, and/or elite identities, and/or ancient historians of the Persian Empire with similar profiles. Willingness to collaborate with other teams and multiple work packages is desirable. Team 2 is led by Dr. Jason Silverman (jason.silverman@helsinki.fi).

Team 3 “Material Culture & Community Heritage” investigates the impact of each empire on ancient local communities inhabiting the imperial fringes and provides a sustainable future for this heritage. This it does through an archaeological field survey program in the ancient imperial fringe zone of southern Jordan and by developing a local community outreach program there. Our work in Finland revolves around promoting an understanding of Ancient Near Eastern heritage and culture by developing a touring museum exhibition on the ancient Near East. The team also aims to collaborate with the Finnish authorities to further develop the policies and legislation regarding the trade in illicit antiquities. Team 3 seeks doctoral candidates in ANE archaeology, preferably with experience in GIS, remote sensing, and/or satellite analysis. Team 3 is led by Dr. Antti Lahelma (antti.lahelma@helsinki.fi), who is also the vice-director of ANEE.

For more information on the three teams and the work packages, please see www.helsinki.fi/ancient-near-eastern-empires

An appointee to the position of doctoral researcher must hold a Master’s degree in a relevant field, and must subsequently be accepted as a doctoral candidate in the graduate school in the Faculty of Arts and/or Theology. The appointee must have the ability to conduct independent scientific research. Teaching or teaching-related tasks will form 5 % of the position. The candidate should have excellent analytical and methodological skills, and be able to work both independently and collaboratively as part of a multidisciplinary scientific community. The successful candidates are expected to have excellent skills in written and oral English. Skills in Finnish or Swedish are not required. Relocation costs can be negotiated and ANEE will offer help and information for the practicalities, if needed.

ANEE is functioning in the Faculty of Arts (Teams 1 and 3) and in the Faculty of Theology (Team 2), located in the City Centre Campus. The city of Helsinki is the capital city of Finland, with a population of ca. 600 000. It has been consistently ranked amongst the top cities in the world for quality of living. Founded in 1640, the University of Helsinki is an international academic community of 40,000 students and staff members. It operates on four campuses in Helsinki and at 15 other locations.

The salary for the position will be based on level 2 of the demands level chart for teaching and research personnel in the salary system of Finnish universities. In addition, the appointee will be paid a salary component based on personal performance. The salary is EUR 2,186–2,873 per month, depending on the appointee’s qualifications and experience. The position will be filled with a 4 months trial period.

Applications should consist of the following English-language documents:
(1) CV including a possible list of publications (max. 3 pages)
(2) Contact information for two referees
(3) A research statement (max. 2000 words) consisting of
i) a brief description of previous experience, such as MA thesis
ii) a proposal for the PhD project that the applicant wants to conduct in ANEE (including suggested dates for the project)
iii) a brief description of the plans for scientific cooperation within ANEE, preferably specifying relevant team and work packages.

Further information on the position may be obtained from the team leaders (see above) or the director Saana Svärd (saana.svard@helsinki.fi)

Please submit your application, together with the required attachments, through the University of Helsinki Recruitment System via the link Apply for job. Applicants who are employees of the University of Helsinki are requested to send their application via the SAP HR portal. Deadline for applications is 31 January 2018.
If you need assistance with the University’s electronic recruitment system or SAP HR portal, please contact recruitment@helsinki.fi.

Apply at latest 31.01.2018

Ap­ply link:
https://rekry.helsinki.fi/sap/bc/erecruiting/posting_apply?param=cG9zdF9pbnN0X2d1aWQ9MTA2MDRCOTkyN0M4MUVFN0I5QjE2NzQ2MEM1OEY4QTcmY2FuZF90eXBlPQ%3D%3D&sap-client=300&BspClient=300&BspLanguage=EN&sap-language=EN
********************************************************************

Jouni Tuominen, Coordinating researcher
Helsinki Centre for Digital Humanities (HELDIG)
University of Helsinki and Aalto University
HELDIG: Room A130, Metsätalo, Unioninkatu 40, Helsinki
Aalto: Room B126, Computer Science Building, Konemiehentie 2, Espoo
http://seco.cs.aalto.fi/u/jwtuomin/

Du technicien au conseiller royal : à propos de l’évolution sémantique du terme ummânu

Par Pierre Villard

 

Parmi les listes royales mésopotamiennes, certaines présentent la particularité d’associer aux noms de quelques souverains fameux ceux de leurs ummânu. Une liste synchronique provenant de la ville d’Aššur (Weidner 1926), est ainsi résumée dans sa rubrique finale : « 82 rois d’Assyrie, depuis Erišu, fils d’Ilušumma, jusqu’à Assurbanipal, fils d’Assarhaddon ; 98 rois du pays d’Akkad depuis Sumu-la-El jusqu’à Kandalānu. » Alors que la colonne i ne comprend que des noms royaux, la colonne iv donne les noms des ummânu des derniers rois néo-assyriens : Nabû-apla-iddina, puis Bēl-upahhir et Kalbu pour Sennachérib, Nabû-zēru-lēšir et Ištar-šumu-ēreš pour Assarhaddon, Ištar-šumu-ēreš pour Assurbanipal. Les colonnes ii et iii sont bien plus mal conservées : E. Weidner estimait cependant que des noms d’ummânu, quoique illisibles, apparaissaient dès le règne de Tukulti-Ninurta I.

Etant donné que Kalbu, Nabû-zēru-lēšir et Ištar-šumu-ēreš sont bien attestés par ailleurs comme des lettrés de haut rang de la cour néo-assyrienne, il a paru évident que ces personnages occupaient le premier rang parmi les lettrés au service des souverains et faisaient peut-être même fonction de conseillers privilégiés. S. Parpola est allé jusqu’à considérer que la fonction d’ummânu royal avait un caractère institutionnel et faisait de son titulaire l’un des membres du « gouvernement » de l’empire (Parpola 1995).

Une liste d’Uruk d’époque séleucide (van Dijk 1962, Lenzi 2008), datée de 165 av. n.è. et qui met aussi en relation des noms de lettrés et des noms de souverains, est d’un genre un peu différent. Elle débute par des rois antédiluviens associés à sept sages-apkallu, le premier couple étant formé par le roi Ayalu et Adapa. Immédiatement après le Déluge, vient le couple formé par le roi (légendaire) Enmerkar et le sage Nungalpirigal. Les rois suivants sont quant à eux nommés avec leurs ummânu, le premier étant Gilgameš, associé à Sîn-leqe-unnēni. La suite de la liste contient des rois « historiques » ainsi que des lettrés dont la plupart ont probablement existé : parmi eux, Kabti-ilāni-Marduk, connu comme l’auteur de l’Epopée d’Erra, mais présenté comme contemporain d’Ibbi-Sîn, Esagil-kīn-apli, contemporain de […], ou Saggil-kīnam-ubbib, auteur de la Théodicée babylonienne, associé ici à Adad-apla-iddina et Nabuchodonozor I. L’historicité d’« Aba-Enlil-dāri, que les Araméens appellent Ahiqar », ummânu d’Assarhaddon, est en revanche plus douteuse.

Il est clair que le compilateur de cette liste ne s’est pas beaucoup soucié d’exactitude chronologique : l’épopée d’Erra est un texte tardif, dont il n’existait sûrement nul prototype sous le règne du dernier empereur d’Ur. En revanche, plusieurs associations sont clairement de nature littéraire : Sîn-leqe-unnēni, qui a peut-être vécu au XIème s., est le rédacteur de la version « canonique » de l’Épopée de Gilgameš, selon un catalogue de texte et d’auteurs provenant des bibliothèques de Ninive (Lambert 1962). Et le Roman d’Ahiqar, connu par sa version araméenne retrouvée dans l’île d’Eléphantine, est situé à la cour des rois Sennachérib et Assarhaddon. La liste d’Uruk renvoie donc principalement à une tradition littéraire, dont on retrouve certains aspects dans le catalogue de Ninive. Ce catalogue qui commence par plusieurs œuvres prestigieuses attribuées au dieu Ea, continue avec le sage Adapa, puis avec des auteurs humains, dont certains se retrouvent dans la liste d’Uruk et qui sont qualifiés d’ummânu de telle ou telle ville.

Dans son étude de la liste royale d’Uruk (Lenzi 2008), A Lenzi a pu établir plusieurs points importants. Cette composition, dont on ne peut comprendre tous les aspects qu’en prenant en compte son contexte séleucide établit un lien entre sages-apkallu et ummânu dont le but principal était de renforcer le prestige du groupe des lettrés. D’autre part, cette connexion dont on trouve de nombreux indices quelques siècles plus tôt, sous les règnes des derniers rois néo-assyriens, était déjà établie à des époques antérieures. A. Lenzi discute en particulier du rituel Bēt mēseri, « chambre enclose » et de la version ninivite de l’Avis à un prince (Lambert 1960 : 110-115) où aux l. 4-5, un souverain est mis en garde contre le fait de négliger le conseil de son apkallu, puis d’un ummânu. Je voudrais ici ajouter quelques remarques sur la manière dont le sens du mot ummânu a pu évoluer vers ceux de « lettré de haut rang » ou de « conseiller royal ».

Le dictionnaire de Chicago (CAD U : 108b-115b), à l’entrée ummânu, sépare nettement un sens 1, « investor, financier » et un sens 2, « craftman, artisan, expert, scholar », lui-même divisé en 2a, « craftman, artisan, expert » et 2b, « scholar, sage », cette dernière signification n’apparaissant pas avant la fin du second millénaire.

Le sens d’artisan est celui qui est attesté sur la plus longue période. Plus précisément, le terme devait s’appliquer à celui qui avait acquis une technique particulière, impliquant la transmission d’un savoir spécifique. C’est d’ailleurs ce qui peut expliquer, dans les premiers siècles du second millénaire, l’emploi du mot pour désigner un investisseur. On peut noter à ce sujet que šamallû qui désigne ordinairement un apprenti, peut se référer en paléo-assyrien à l’assistant d’un marchand (CAD Š1 : 291b-294b). L’ummânu est donc à la fois celui qui a totalement terminé son apprentissage, qui domine une technique et qui est capable de l’enseigner. De ce fait, une traduction par « maître » fonctionne dans la plupart des cas et l’on comprend aisément pourquoi le mot a fini par s’appliquer à des lettrés. On ne peut d’ailleurs exclure qu’il soit parfois utilisé dans un sens générique et j’ai moi-même proposé qu’il puisse comprendre à la fois des architectes et des lettrés dans certains passages des inscriptions de Nabonide (Villard 2017).

Par ailleurs, la notion de maîtrise, qui demande entre autres choses une reconnaissance par les pairs, implique un minimum d’organisation des professions. Pour les disciplines que nous qualifions d’ « artisanales », souvent définies en fonction des matériaux travaillés, cette organisation a dû exister assez tôt, même si la documentation ne permet pas d’en donner des descriptions très précises. Pour ce qui concerne les disciplines de l’érudition, il est possible d’en dresser un tableau plus cohérent, grâce en particulier à la documentation épistolaire et aux données fournies par les colophons des tablettes littéraires : on peut en déduire une progression dans l’apprentissage, le passage des individus par plusieurs grades jusqu’à celui d’ummânu, l’existence de sortes d’examens pour vérifier les compétences des postulants et globalement une transmission des savoirs dans des cadres bien établis (Villard 2015).

Tous ces éléments sont déjà bien en place à la fin de l’empire néo-assyrien, période pour laquelle nous disposons de nombreux messages de lettrés. Par exemple, une lettre de l’astrologue Balasî (SAA 10 39) indique qu’il fut nommé ummânu (« maître » dans le sens de précepteur) du prince héritier Assurbanipal. Les colophons des tablettes retrouvées dans la bibliothèque de la « maisons des exorcistes » d’Aššur permettent de retracer quelques étapes du parcours de Kiṣir-Aššur, qui fut successivement « jeune apprenti », « apprenti » (šamallû), jeune incantateur », puis « incantateur » (maš-maš) à la date de 658 (Baker 2000). Enfin, Assurbanipal évoque à plusieurs reprise l’« assemblée des maîtres » au sein de laquelle il se dit capable d’argumenter (Villard 1997), par exemple dans une inscription du début de son règne : « J’ai étudié la technique du sage Adapa, la tradition secrète cachée, tout l’art du scribe. J’ai l’expérience des signes omineux du ciel et de la terre, j’en discute dans l’assemblée des ummânu. » Cette discussion au sein de l’assemblée des maîtres doit probablement correspondre à une sorte d’examen, permettant de valider un grade et tout particulièrement celui d’ummânu. Quelques siècles plus tard, cet examen est également attesté pour les astrologues désireux d’obtenir un poste dans l’Esagil (Beaulieu 2006).

C’est probablement à la fin du second millénaire, dans la Babylonie gouvernée par la seconde dynastie d’Isin, que les disciplines des lettrés se sont réorganisées, en s’appuyant sur le modèle des professions artisanales et en précisant leurs champs disciplinaires respectifs. Cette réorganisation alla de pair avec la mise au point des grands traités, qui permit une définition plus stricte des disciplines. Parmi les érudits qui réalisèrent ce travail, Esagil-kīn-apli, peut-être contemporain d’[Ada]d-apla-iddina (1069-1048) est celui dont le nom est resté le plus fameux (Heeßel 2010). Un catalogue provenant de la ville de Nippur lui attribue la compilation de Sakkikku, le grand traité de diagnostics et pronostics médicaux. Il aurait aussi dressé une liste d’ouvrages devant être étudiés par les āšipu (« incantateurs »), d’après le texte appelé Manuel de l’Exorciste. Cette composition est connue par plusieurs manuscrits, dont deux au moins proviennent clairement de bibliothèques de familles d’ āšipu, de la ville d’Aššur néo-assyrienne et de la ville d’Uruk achéménide (Clancier 2009). Selon le Manuel de l’Exorciste, la connaissance des traités inscrits dans la liste d’Esagil-kīn-apli, complétés ensuite par d’autres ouvrages, devait servir à parvenir au sommet de la discipline.

On peut ajouter que si les professions « artisanales » et les disciplines « intellectuelles » nous paraissent aujourd’hui relever de domaines très différents, il n’en allait certainement pas de même dans l’antiquité. Il suffit de rappeler que la plupart de ces disciplines étaient placées sous le patronage du dieu Enki/Ea, qui les avait enseignées aux humains par l’intermédiaire des sages apkallu.

Reste à envisager la portée du titre d’ummânu d’un roi, qui n’est attesté que pour des lettrés fameux et de très haut rang (les chefs du collège des astrologues sous les derniers rois néo-assyriens). Il ne faut sans doute pas en faire une charge officielle. En dehors des listes royales citées plus haut, qui sont une production des milieux lettrés, le titre n’apparaît que dans les dernières lignes de la Lettre à Aššur relatant la huitième campagne de Sargon II, où il est précisé : « Tablette de Nabû-šallimšunu, le chef scribe du roi, le grand scribe, l’ummânu de Sargon, roi du pays d’Aššur, le premier-né de Harmakku, scribe du roi, ressortissant d’Aššur. » Si ce texte avait un caractère officiel, ce serait le seul exemple d’un récit de campagne royale donnant le nom du rédacteur. Mais le seul manuscrit dont nous disposons provient de la bibliothèque de la « Maison des incantateurs » d’Aššur : l’un des exorcistes ayant habité cette maison a dû la recopier sur l’exemplaire officiel déposé dans le temple d’Aššur et ajouter le nom du rédacteur, en lui conférant le titre d’ummânu du roi, qui n’avait de sens que dans le milieu des érudits. C’était là un moyen de renforcer le prestige des lettrés dans leur ensemble, ce que l’on peut mettre en relation avec la présentation des ummânu comme les successeurs des sages apkallu. Rien dans la documentation officielle ne plaide en faveur d’un lettré occupant une place éminente à la cour et jouant le rôle de premier conseiller du souverain. On a plutôt l’impression d’une reconstruction visant à conforter l’image que les lettrés avaient d’eux-mêmes et qui présente quelque analogie avec la reconstruction d’un couple roi / prophète dans le corpus biblique, en particulier dans le Livre des Rois.

 

Références bibliographiques :

Baker H.D., 2000, entrée « Kiṣir-Aššur », in H. D. Baker, The Prosopography of the Neo-Assyrian Empire, 2/I, Helsinki, p. 623a-624b.

Beaulieu P. A., 2006, « De l’Esagil au Mouseion. L’organisation de la recherche scientifique au IVe siècle av. J.-C. » dans P. Briant et F . Joannès (dir.), La transition entre l’empire achéménide et les royaumes hellénistiques (vers 350-300 av. J.-C., Paris, p. 18.

Clancier Ph., 2009, « Le manuel de l’Exorciste d’Uruk », in X. Faivre, B. Lion et C. Michel (éds), Et il y eu un esprit dans l’Homme. Jean Bottéro et la Mésopotamie, Paris, p. 105-117.

van Dijk J., 1962 « Die Inschriftenfunde, » Vorläufiger Bericht über die . . . Ausgrabungen in Uruk-Warka 18 (1962): 44-52 & Pl. 27.

Heeßel N. P, 2010 « Neues von Esagil-kin-apli », in S.M. Maul & N.P. Heeßel (éds), Assur-Forschungen, Wiesbaden, p. 139-187.

Lambert W.G., 1960, Babylonian Wisdom Literature, Oxford.

Lambert W.G., 1962, « A Catalogue of Texts and Authors », JCS 16, p. 59-77.

Lenzi A., 2008, « The Uruk List of Kings and sages and Late Mesopotamian Scolarship. », JANER 8 :2, p. 137-169.

Parpola S., 1995, « The Assyrian Cabinet », dans M. Dietrich & O. Loretz (éds), Vom Alten Orients zum Alten Testament (= Mél von Soden II), AOAT 240, Neukirchen-Vluyn, p. 379-401.

Villard P, 1997, « L’éducation d’Assurbanipal », Ktéma 22, p. 135-149.

Villard P., 2015, « Les champs disciplinaires et la notion de maîtrise en Mésopotamie ancienne », dans C. Bréniquet & F. Colas-Rannou (éds), Art, artiste, artisan, Presses Universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, p. 45-53.

Villard P., 2017, « The Architect and the Emperor of Babylonia », As-sharq 1 n° 2, p. 286-293.

Weidner E., « Die grosse Königsliste aus Assur », AfO 3, 1926, p. 66-77.

 

Pierre Villard est Professeur d’Assyriologie à l’Université Clermont-Auvergne à Clermont-Ferrand, rattaché au Laboratoire Archéorient (Lyon). Après avoir travaillé sur les textes paléo-babyloniens de Mari, il s’est spécialisé sur l’époque néo-assyrienne.

Conférence du Prof. Dominique Charpin le jeudi 11 Janvier 2018 à l’Institut d’art et d’archéologie de Paris

Le jeudi 11 Janvier 2018 à 10h00, Dominique Charpin, Professeur au Collège de France, épigraphiste de la Mission américaine d’Ur dirigée par Elizabeth Stone (Stony Brook, New York), donnera une conférence intitulée « Le clergé d’Ur,  trente ans après ». La reprise de fouille sur le site de Tell Muqayyer (2015) a entraîné la découverte de nouveaux documents écrits, que Dominique Charpin a été chargé d’étudier et de publier. Cela lui permet d’enrichir sa vision de la ville et du clergé d’Ur, thématique qui l’a accompagné depuis sa thèse d’État et qui aboutit maintenant au projet ‘EcritUr. La ville d’Ur d’après les textes du premier quart du IIe millénaire‘, financé par l’ANR.

 

Assyriologue reconnu, Dominique Charpin, occupe la chaire ‘Civilisation mésopotamienne’ au Collège de France. Directeur de l’UMS 2409 «Centre de documentation de l’Institut des Civilisations du Collège de France», Directeur-adjoint de l’UMR 7192 PROCLAC, il est aussi Correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.