Babylone, ville idéale ou idéal de ville ? (première partie)

Par Laura Battini

Babylone ne cesse pas de fasciner : la dernière exposition en Europe date de 2008-2009 et a réuni les trois plus grands musées des antiquités de France, Angleterre et Allemagne. Une exposition s’est tenue jusqu’en mai 2016 à Jérusalem sur la captivité des Juifs exilés à Babylone (« By the River of Babylon »). Des colloques internationaux sur la ville de Babylone ont eu lieu régulièrement ces dernières cinquante années. C’est encore d’elle que s’est inspiré Constant Anton Nieuwenhuys dans les années ’60-’70 pour repenser complètement la ville et la vie des hommes à l’intérieur d’un espace urbain humain et solidaire. Mais une Babylone antihumaine est chantée dans le 1er album du groupe français Tryo en 1998, selon une longue tradition du reggae. Un autre groupe français a choisi de s’appeler « Babylone Circus » et, bien qu’influencée par le reggae, sa Babylone (Babylone Requiem) est plutôt positive, mélange de croyances, de religion, d’espoirs. Au cinéma, des rappels à Babylone sont récurrents depuis Intolérance de Griffith (1916) jusqu’à Babylon AD (2008) et à La cour de Babel (2014). On ne compte pas toutes les chansons, les livres, les bandes dessinées, les peintures, les jeux vidéos et même les journaux (Seda Babel) qui s’en sont inspirés et qui s’en inspirent encore aujourd’hui (comme la chanson de B. Deraime, Babylone tu déconnes: www.youtube.com/watch?v=6jaJnqfKmow).

Fig. 1: Alix: La Tour de Babel    

 

Pourquoi cette fascination millénaire et ambivalente ?

Babylone est la capitale du dernier empire mésopotamien, considérée déjà alors comme le centre du monde, siège d’érudition, vrai mégapole ancienne (950 h), dont Hérodote parle avec fascination, la ville qui seule conserve deux des sept merveilles du monde (« les jardins suspendus » et les murailles). C’est ici que se seraient séparées toutes les langues, ici qu’Alexandre le Grand mourut, ici que se décida la destruction du temple de Jérusalem et l’exil des juifs, ici qu’a été retrouvée la dernière tablette en cunéiforme (la plus récente) datant du 74-75 ap. J.-C. Mais c’est aussi -d’après les jugements sévères de la Bible- la ville pècheresse, démesurée, immorale, la « prostituée qui est assise sur les grandes eaux » (Apocalypse 17.1), destinée à tomber, métaphore du mal, de la démesure et de l’orgueil humains, de la confusion, de la diaspora linguistique, de la fin de l’harmonie et de la compréhension entre les hommes.

En ces deux derniers siècles, Babylone a accompli une autre révolution : elle ne s’adresse désormais plus à l’intelligentia, elle a conquis tous les milieux, elle fait partie de ce que les américains appellent la « culture populaire » (mass art). L’emploi du terme « babylone » aujourd’hui étend la signification originelle : « babylone » est un synonyme de « grande ville » ou de « société/monde », tandis que dans l’argot de banlieue un « babylon » désigne un policier. Babylone est par ailleurs devenue une « marque » de succès : le nom est utilisé aujourd’hui pour une maison de production de films (Montréal), une émission de radio (Suisse), un software de traduction et de reconnaissance optique de caractères (pour PC et Mac), un organisme de formation professionnel (France), une série télévisée américaine en cinq saisons (1993-2002) de la Warner Bros…

Sans parler de Paris !

  Fig.2: Bouche de métro parisien (d’après http://www.metroparis.paris/metro-sevres-babylone.php)

Paris a une bouche de métro « Sevrès – Babylone », une rue Babylone, cinq restaurants du même nom, deux agences immobilières, trois bijouteries, un club de tennis, un magasin de disques, une agence de communication, un groupe immobilier – qui adopte l’image d’un taureau ailé à tête humaine (motif assyrien et non babylonien, reprenant sans le savoir une confusion déjà commise par les auteurs grecs qui ont confondu Babylone et Ninive)-, deux entreprises de murs végétaux, une agence d’architecture paysagiste, une entreprise de consultation en ingénierie…. Le nom s’affiche dans d’autres villes en France et en Europe, indice de son entrée dans la culture populaire et signe de la longévité spatio-temporelle du mythe de Babylone. Ville complexe, génératrice de mythes contradictoires allant de la fascination au rejet, elle présente des caractères exceptionnels qui en font un modèle, en bien ou en mal.  (à suivre)

 

Bibliographie

Finkel, I. & Seymour, M. J. (éds) 2009. Babylon. Myth and Reality. London.

Scheil, A. 2016. Babylon under Western Eyes: a Study of Allusion and Myth. Toronto: University of Toronto Press.

Seymour, M. 2014. Babylon: Legend, History and the Ancient City. London: I.B. Tauris & Co. Ltd.

Wetzel, F. 1944. Babylon zur Zeit Herodots. ZA 48: 46-47.

Zakharia, K. (éd), Babylone, Grenade : villes mythiques ; récits, réalités, représentations, TMO. Lyon.

 

Laura Battini est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne, elle travaille dans l’UMR 7192 – PROCLAC, Paris.

A New Glance at the Old Babylonian Letter-Writing Practice through Digital Technologies.

Conférence donnée le 18 nov. 2017 lors du congrès ASOR 2017 (Boston)

Par Marine Béranger

En Mésopotamie, l’écriture fut inventée et longtemps maîtrisée par un groupe restreint d’individus au service du temple ou du palais. Or, les données archéologiques et épigraphiques témoignent d’une intensification et d’une généralisation du recours à l’écrit après l’effondrement de l’empire sumérien d’Ur III (en 2002 av. J.-C.). À travers mes recherches, j’étudie les impacts de cette révolution culturelle sur la pratique épistolaire de la période amorrite (2002-1595 av. J.-C.). Environ 7000 lettres datées de cette époque, rédigées en paléo-babylonien (un dialecte de l’akkadien), ont pour l’heure été éditées, mais ce chiffre n’est pas représentatif de la production totale : des milliers d’autres lettres sont encore en cours d’édition.

Le système d’écriture est une source d’informations importante pour celui qui cherche à évaluer la popularisation de l’écrit et sa diffusion sur le territoire mésopotamien. En comparant les répertoires de signes (les « syllabaires ») utilisés à différentes époques, dans des villes différentes, l’on peut par exemple observer la transmission des normes d’écriture d’une ville/époque à l’autre, ou au contraire observer leur diversification et le développement de régionalismes. En comparant l’orthographe des multiples versions d’une même lettre scolaire, l’on peut aussi étudier la manière dont les apprentis scribes étaient formés à l’écriture des lettres (sous la dictée? en copiant un modèle?). Il s’agit d’un terrain de recherche très fertile.

Néanmoins, il est impossible d’analyser le syllabaire des milliers de lettres de l’époque amorrite sans l’aide de l’ordinateur. La conférence que j’ai donnée cette année à Boston, lors du congrès ASOR 2017, visait à présenter une méthode informatique que j’ai développée au cours de ma thèse, qui permet de recenser et comparer les signes cunéiformes et les formes orthographiques utilisés dans les lettres.

Durant cette communication, j’ai commencé par présenter le logiciel que j’utilise (« TXM ») [http://textometrie.ens-lyon.fr/?lang=fr] et la façon dont j’annote les lettres de sorte à pouvoir les analyser ensuite dans ce logiciel. J’utilise un encodage XML qui suit les standards de la Text Encoding Initiative (TEI) [http://www.tei-c.org/index.xml]. Chaque mot du texte est annoté, de sorte que soient précisés : sa ligne, son lemme (c-à-d, sa forme de dictionnaire), sa catégorie grammaticale et sa forme orthographique. En outre, chaque signe cunéiforme reçoit un numéro unique (celui donné par Rykle Borger dans le MesZL [R. Borger, Mesopotamisches Zeichenlexikon, Alter Orient und Altes Testament 305, Münster, 2010]) et sa référence unicode est précisée.

Pour démontrer que cette technologie a renouvelé mon approche de la documentation épistolaire en soulevant de nouvelles interrogations et en permettant l’analyse d’éléments jusque là impossibles à étudier, j’ai ensuite présenté deux cas d’étude basés sur la documentation de Mari (Syrie) et de Babylone (Iraq), soit un corpus d’environ 1000 lettres :

– 1) le but de la première étude présentée était de calculer le nombre de signes cunéiformes utilisés par les scripteurs pour écrire leurs lettres, ainsi que le nombre de valeurs associées à chaque signe (en faisant une distinction entre les phonogrammes et les logogrammes). Cette recherche a permis d’évaluer la somme de connaissances requises pour rédiger une lettre, et la difficulté de l’apprentissage.

– 2) la deuxième étude présentée lors de la conférence s’est focalisée sur les signes spécifiques à l’onomastique. En utilisant ma méthode, j’ai en effet pu connaître les signes et valeurs utilisés uniquement dans les noms propres. J’ai ensuite comparé les signes et les valeurs spécifiques à l’onomastique en vigueur à Mari et à Babylone. À partir des données obtenues, j’ai pu retracer l’origine de ces signes, soit les listes onomastiques, étudiées par les scribes lors de leur formation scribale, et elles-mêmes constituées de signes empruntés au IIIe mil. av. J.-C.

Cette conférence fera l’objet d’un article publié par Brill et édité par V. Juloux, T. Nurmikko-Fuller et A. di Ludovico (à paraître en 2019).

Courte bibliographie :

Charpin, D. 2004 Lire et écrire en Mésopotamie: une affaire de spécialistes?. Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres 148/1: s481-508

Gelb, I. J. 1963. A Study of Writing. Chicago.

Glassner, J.-J. 2000. Écrire à Sumer : l’invention du cunéiforme. Paris.

Jacquet, A. 2013. Family Archives in Mesopotamia during the Old Babylonian Period. In M. Faraguna (éd.), Legal Documents in Ancient Societies IV. Archives and Archival Documents in Ancient Societies,: 63-86. Trieste.

Kraus, F. R. 1973. Vom mesopotamischen Menschen der altbabylonischen Zeit und seiner Welt. Amsterdam.

Veldhuis, N. 2014. History of the Cuneiform Lexical Tradition. Guides to the Mesopotamian Textual Record 6, Münster.

Wilcke, C. 2000. Wer las und schrieb in Babylonien und Assyrien. Überlegungen zur Literalität im Alten Zweistromland. Sitzungsberichte der Bayerischen Akademie der Wissenschaften 6.

Marine Béranger est ATER rattachée à la chaire du Pr. Dominique Charpin (Civilisation mésopotamienne – Collège de France). En décembre 2017, elle finit de rédiger une thèse de doctorat intitulée « Développement des pratiques d’écriture et de l’expression écrite : recherches sur les lettres de l’époque amorrite (2002-1595 av. J.-C.) », inscrite sous la direction de D. Charpin.

Nouvelle parution de Thomas Römer : L’invention de Dieu (format de poche avec postface inédite)

Thomas Römer, L’invention de Dieu, Points Histoire, Paris : Points, 2017 (première parution aux éditions du Seuil, 2014). Avec une postface inédite.

352 pages, broché, format de poche

Comment un dieu parmi d’autres est-il devenu Dieu ? Telle est l’énigme fondatrice que cette plongée aux sources du monothéisme se propose d’élucider en parcourant, sur un millénaire, les étapes de son invention. D’où vient ce dieu ? Quels étaient ses attributs et quel était son nom avant que celui-ci ne devienne imprononçable ? Sous quelles formes était-il vénéré ? Pourquoi les autres divinités déchurent-elles ? À la lumière de la critique historique, philologique et exégétique et des plus récentes découvertes de l’archéologie et de l’épigraphie, Thomas Römer livre les réponses d’une enquête passionnante sur les traces d’une divinité de l’orage et de la guerre érigée, après sa « victoire » sur ses rivaux, en dieu unique, universel et transcendant.

Spécialiste mondialement reconnu de l’Ancien Testament, Thomas Römer  occupe la chaire « Milieux bibliques » au Collège de France ; il est également professeur à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Lausanne.

http://www.lecerclepoints.com/livre-invention-dieu-thomas-roemer-9782757868195.htm

 

Nouvelle parution de Thomas Römer : L’Ancien Testament commenté : l’Exode

 L’Ancien Testament commenté : l’Exode (texte intégral Nouvelle Bible Second, Société biblique française), Genève, Labor et Fides / Montrouge, Bayard, 2017.

260 pages, relié, format : 17,6 x 21,8 cm

« Le SEIGNEUR nous a fait sortir de l’Égypte, de la maison des esclaves. » Le livre de l’Exode, dont la figure humaine principale est Moïse, intermédiaire entre Dieu et son peuple, développe cette confession, affirmation de foi centrale de la Bible hébraïque. Il raconte la sortie d’Égypte des Israélites, la rencontre entre Israël et son Dieu et traite aussi de la volonté de Dieu de donner une organisation à son peuple. Un Dieu maître véritable de l’histoire d’Israël et de celle de tous les peuples.

Cet ouvrage, sans équivalent et destiné à un large public, propose le texte intégral de la Nouvelle Bible Segond dont chaque passage est accompagné d’un commentaire de Thomas Römer. Il s’inscrit dans la suite du Nouveau Testament commenté et de L’Ancien Testament commenté : La Genèse.

Thomas Römer est professeur de la chaire Milieux bibliques au Collège de France et enseigne également la Bible hébraïque à l’Université de Lausanne. Il est l’un des principaux spécialistes de la formation et de l’histoire de la Bible. Il a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels La Bible, quelles histoires ! (Bayard-Labor et Fides), L’invention de Dieu (Seuil), Moïse en version originale (Bayard-Labor et Fides). Il est l’un des auteurs de L’Ancien Testament commenté : la Genèse, avec Albert de Pury et Konrad Schmid.

https://www.laboretfides.com/fr_fr/index.php/bible/ancien-testament/l-exode.html

http://leblog.bayard-editions.com/religieux/lancien-testament-commente-lexode/attachment/lancien_testament_commente

Premiers numéros de Humanités numériques

Humanités numériques est une revue francophone consacrée aux usages savants du numérique en sciences humaines et sociales. Cette revue veut offrir un lieu de réflexion, de débat scientifique et d’expression aux chercheurs et enseignants dont les travaux s’inscrivent dans le champ des humanités numériques. Elle s’adresse donc aux spécialistes des sciences humaines, des sciences sociales et des disciplines liées aux technologies de l’information, ainsi qu’à tous ceux qui se sentent concernés par les transformations numériques des savoirs.

Humanités numériques est une revue numérique ouverte, à la fois par sa volonté de représenter la diversité des points de vue et par son choix d’une publication en open access. Émanation de l’association francophone Humanistica, elle est conçue comme une réponse collective à la revendication liminaire du Manifeste des Digital Humanities de 2010, première manifestation francophone de ce mouvement : pour constituer, faire connaître et faire reconnaître « une communauté de pratique solidaire, ouverte, accueillante et libre d’accès », nous avons besoin d’une culture commune, élaborée en français mais en constante relation avec les productions des autres aires linguistiques, fondée sur des références et des discussions d’un autre ordre que celles des séminaires, des colloques, des listes de diffusion, des blogs ou des réseaux sociaux.

La revue Humanités numériques accueillera les propositions pour ses deux premiers numéros jusqu’au 15 janvier 2018.

http://www.humanisti.ca/revue-humanites-numeriques/

Premier symposium européen de l’ASOR – appel à communication

Vanessa Juloux (EPHE-PSL, ASOR) et Randall W. Younker (Université d’Andrews [Michigan], ASOR) organisent le premier symposium européen de l’American Schools of Oriental Research (ASOR) et de l’EPHE, le 4 et 5 septembre 2018 à Paris, La Sorbonne. Ce symposium est ouvert aux membres de l’ASOR, de l’EPHE et de PSL, ainsi qu’aux membres des différentes institutions européennes.
Nous vous invitons à proposer le résumé de votre communication pour les sessions
« Projets collaboratifs entre chercheurs européens et internationaux pour l’étude des mondes anciens à l’aide des techniques numériques »

Description en anglais : « Since the Digital Era, computational methods and practices have produced new evidence for our understanding of Ancient Near Eastern and neighboring civilizations from Neolithic to Late Antiquity. However, unfortunately, international collaborations are still limited. Just as CenterNet helps to build a network of digital humanities, our aim is to collectively initiate discussion for building collaborative opportunities among European and international scholars. No matter how advanced your Ancient World digital project is, we invite you to introduce your methods, in order to either find a partner, or build a network of digital humanities within our fields of research. We strongly encourage European junior scholars to present their digital practices, especially when it encourages collaboration between scholars from different fields (e.g. archaeologist/art historian). »

Résumé en anglais : 250 mots + titre + 6 mots clés.
Date limite : 15 janvier 2018.
Format des sessions : « communication courte » (15 minutes + 10 minutes pour les questions).
Dépôt des propositions de communication en ligne : https://goo.gl/forms/tCVIuqlPCCCmi8l73
Plus d’information sur le symposium : http://ancient-worlds-symposium.eu
Programme provisoire : http://ancient-worlds-symposium.eu/docs/program
Contact : vanessa.juloux@ephe.sorbonne.fr

Ces sessions seront filmées et retransmises en direct, afin d’interagir pendant les dix minutes de questions avec nos collègues absents physiquement. Les vidéos seront également mises en ligne ultérieurement.

Vanessa Juloux
Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE), Paris Sciences et Lettres (PSL)

الشرق ASH SHARQ 1/2 VIENT DE PARAITRE

Le n.2 de la nouvelle revue الشرق (=Ash-sharq , Bulletin of the Ancient Near East Archaeological, Historical and Societal Studies, Oxford, ISSN 2513-8529) vient de sortir.

Table des matières :

Alfonso Archi – How Ebla has Changed our Perception of the Ancient Near East in the Third Millennium BC p. 187

Elif Keser – Ṭur ‘Abdiṅ ’de üçlü yerleşiṁ modeli:̇ manastir, köy, Kayaya Oyma Manastir. p. 193

Elif Koparal – Klazomenaı Yüzey Araştırmaları (Klasp) p. 201

Roberto Dan– A New Interpretation of the ‘External Portico’ of Arin-berd/Erebuni,Armenia p. 211

Gaëlle Coqueugniot – The Agora, a Mark of Hellenisation? An Archaeological Note on Public Squares in Hellenised Mesopotamia and Parapotamia p. 224

Frederick Mario Fales – Khinis/Bavian: Changing Models for an Assyrian Monumental Complex p. 237

Stefano Anastasio – The Italian Archaeological Expedition to Qasr Shamamuk-Kilizu, Iraq, Notes on the Excavation Finds at the Iraq Museum in Baghdad p. 275

Pierre Villard – The Architect and the Emperor of Babylonia p. 286

Laura Battini – Portable Altars p. 293

Daniel T. Potts – The lost Greek Epitaph from Hārūnābād (aka Shāhābād, mod. Eslāmābād-e Gharb), Iran, and its Elusive Discoverer, ‘Mr. H.’ p. 294

الشرق Ash-sharq est une revue à comité de lecture dédiée à l’archéologie et l’histoire du Proche-Orient ancien. Publiée deux fois par an, la revue sollicite des articles en anglais ou dans les langues aujourd’hui parlées au Proche Orient (Turc, Arabe, Kurde, Persan, Hébreu…). Pour la 1ère fois, le comité de lecture est presque entièrement féminin. Les contributions doivent être envoyées à Laura Battini (laura.battini@college-de-france.fr; CNRS, UMR 7192- Collège de France       11, place Marcelin Berthelot     F-75005 Paris).

الشرق Ash-sharq is a peer reviewed Bulletin devoted to short articles on the archaeology and history of the Ancient Near East. It ispublished twice a year (Archaeopress, Oxford). N. 1= APRIL 2017. n.2= December 2017. Submissions are welcome from academics and researchers at all levels. Submissions should be sent to Laura Battini (laura.battini@college-de-france.fr; CNRS, UMR 7192 – Collège de France 11, place Marcelin Berthelot F-75005 Paris).
Deadline for n.3= January 31, 2018 ; Deadline for the n.4= July 31, 2018.

Abonnements/ Subscriptions: http://www.archaeopress.com  ; Archaeopress Publishing Ltd, Gordon House, 276 Banbury Road, Oxford OX2 7ED, UK  Tel +44-(0)1865-311914 Fax +44(0)1865-512231 ; e-mail info@archaeopress.com                                            10£ : online version ; 30£ : print and online version.