Du technicien au conseiller royal : à propos de l’évolution sémantique du terme ummânu

Par Pierre Villard

 

Parmi les listes royales mésopotamiennes, certaines présentent la particularité d’associer aux noms de quelques souverains fameux ceux de leurs ummânu. Une liste synchronique provenant de la ville d’Aššur (Weidner 1926), est ainsi résumée dans sa rubrique finale : « 82 rois d’Assyrie, depuis Erišu, fils d’Ilušumma, jusqu’à Assurbanipal, fils d’Assarhaddon ; 98 rois du pays d’Akkad depuis Sumu-la-El jusqu’à Kandalānu. » Alors que la colonne i ne comprend que des noms royaux, la colonne iv donne les noms des ummânu des derniers rois néo-assyriens : Nabû-apla-iddina, puis Bēl-upahhir et Kalbu pour Sennachérib, Nabû-zēru-lēšir et Ištar-šumu-ēreš pour Assarhaddon, Ištar-šumu-ēreš pour Assurbanipal. Les colonnes ii et iii sont bien plus mal conservées : E. Weidner estimait cependant que des noms d’ummânu, quoique illisibles, apparaissaient dès le règne de Tukulti-Ninurta I.

Etant donné que Kalbu, Nabû-zēru-lēšir et Ištar-šumu-ēreš sont bien attestés par ailleurs comme des lettrés de haut rang de la cour néo-assyrienne, il a paru évident que ces personnages occupaient le premier rang parmi les lettrés au service des souverains et faisaient peut-être même fonction de conseillers privilégiés. S. Parpola est allé jusqu’à considérer que la fonction d’ummânu royal avait un caractère institutionnel et faisait de son titulaire l’un des membres du « gouvernement » de l’empire (Parpola 1995).

Une liste d’Uruk d’époque séleucide (van Dijk 1962, Lenzi 2008), datée de 165 av. n.è. et qui met aussi en relation des noms de lettrés et des noms de souverains, est d’un genre un peu différent. Elle débute par des rois antédiluviens associés à sept sages-apkallu, le premier couple étant formé par le roi Ayalu et Adapa. Immédiatement après le Déluge, vient le couple formé par le roi (légendaire) Enmerkar et le sage Nungalpirigal. Les rois suivants sont quant à eux nommés avec leurs ummânu, le premier étant Gilgameš, associé à Sîn-leqe-unnēni. La suite de la liste contient des rois « historiques » ainsi que des lettrés dont la plupart ont probablement existé : parmi eux, Kabti-ilāni-Marduk, connu comme l’auteur de l’Epopée d’Erra, mais présenté comme contemporain d’Ibbi-Sîn, Esagil-kīn-apli, contemporain de […], ou Saggil-kīnam-ubbib, auteur de la Théodicée babylonienne, associé ici à Adad-apla-iddina et Nabuchodonozor I. L’historicité d’« Aba-Enlil-dāri, que les Araméens appellent Ahiqar », ummânu d’Assarhaddon, est en revanche plus douteuse.

Il est clair que le compilateur de cette liste ne s’est pas beaucoup soucié d’exactitude chronologique : l’épopée d’Erra est un texte tardif, dont il n’existait sûrement nul prototype sous le règne du dernier empereur d’Ur. En revanche, plusieurs associations sont clairement de nature littéraire : Sîn-leqe-unnēni, qui a peut-être vécu au XIème s., est le rédacteur de la version « canonique » de l’Épopée de Gilgameš, selon un catalogue de texte et d’auteurs provenant des bibliothèques de Ninive (Lambert 1962). Et le Roman d’Ahiqar, connu par sa version araméenne retrouvée dans l’île d’Eléphantine, est situé à la cour des rois Sennachérib et Assarhaddon. La liste d’Uruk renvoie donc principalement à une tradition littéraire, dont on retrouve certains aspects dans le catalogue de Ninive. Ce catalogue qui commence par plusieurs œuvres prestigieuses attribuées au dieu Ea, continue avec le sage Adapa, puis avec des auteurs humains, dont certains se retrouvent dans la liste d’Uruk et qui sont qualifiés d’ummânu de telle ou telle ville.

Dans son étude de la liste royale d’Uruk (Lenzi 2008), A Lenzi a pu établir plusieurs points importants. Cette composition, dont on ne peut comprendre tous les aspects qu’en prenant en compte son contexte séleucide établit un lien entre sages-apkallu et ummânu dont le but principal était de renforcer le prestige du groupe des lettrés. D’autre part, cette connexion dont on trouve de nombreux indices quelques siècles plus tôt, sous les règnes des derniers rois néo-assyriens, était déjà établie à des époques antérieures. A. Lenzi discute en particulier du rituel Bēt mēseri, « chambre enclose » et de la version ninivite de l’Avis à un prince (Lambert 1960 : 110-115) où aux l. 4-5, un souverain est mis en garde contre le fait de négliger le conseil de son apkallu, puis d’un ummânu. Je voudrais ici ajouter quelques remarques sur la manière dont le sens du mot ummânu a pu évoluer vers ceux de « lettré de haut rang » ou de « conseiller royal ».

Le dictionnaire de Chicago (CAD U : 108b-115b), à l’entrée ummânu, sépare nettement un sens 1, « investor, financier » et un sens 2, « craftman, artisan, expert, scholar », lui-même divisé en 2a, « craftman, artisan, expert » et 2b, « scholar, sage », cette dernière signification n’apparaissant pas avant la fin du second millénaire.

Le sens d’artisan est celui qui est attesté sur la plus longue période. Plus précisément, le terme devait s’appliquer à celui qui avait acquis une technique particulière, impliquant la transmission d’un savoir spécifique. C’est d’ailleurs ce qui peut expliquer, dans les premiers siècles du second millénaire, l’emploi du mot pour désigner un investisseur. On peut noter à ce sujet que šamallû qui désigne ordinairement un apprenti, peut se référer en paléo-assyrien à l’assistant d’un marchand (CAD Š1 : 291b-294b). L’ummânu est donc à la fois celui qui a totalement terminé son apprentissage, qui domine une technique et qui est capable de l’enseigner. De ce fait, une traduction par « maître » fonctionne dans la plupart des cas et l’on comprend aisément pourquoi le mot a fini par s’appliquer à des lettrés. On ne peut d’ailleurs exclure qu’il soit parfois utilisé dans un sens générique et j’ai moi-même proposé qu’il puisse comprendre à la fois des architectes et des lettrés dans certains passages des inscriptions de Nabonide (Villard 2017).

Par ailleurs, la notion de maîtrise, qui demande entre autres choses une reconnaissance par les pairs, implique un minimum d’organisation des professions. Pour les disciplines que nous qualifions d’ « artisanales », souvent définies en fonction des matériaux travaillés, cette organisation a dû exister assez tôt, même si la documentation ne permet pas d’en donner des descriptions très précises. Pour ce qui concerne les disciplines de l’érudition, il est possible d’en dresser un tableau plus cohérent, grâce en particulier à la documentation épistolaire et aux données fournies par les colophons des tablettes littéraires : on peut en déduire une progression dans l’apprentissage, le passage des individus par plusieurs grades jusqu’à celui d’ummânu, l’existence de sortes d’examens pour vérifier les compétences des postulants et globalement une transmission des savoirs dans des cadres bien établis (Villard 2015).

Tous ces éléments sont déjà bien en place à la fin de l’empire néo-assyrien, période pour laquelle nous disposons de nombreux messages de lettrés. Par exemple, une lettre de l’astrologue Balasî (SAA 10 39) indique qu’il fut nommé ummânu (« maître » dans le sens de précepteur) du prince héritier Assurbanipal. Les colophons des tablettes retrouvées dans la bibliothèque de la « maisons des exorcistes » d’Aššur permettent de retracer quelques étapes du parcours de Kiṣir-Aššur, qui fut successivement « jeune apprenti », « apprenti » (šamallû), jeune incantateur », puis « incantateur » (maš-maš) à la date de 658 (Baker 2000). Enfin, Assurbanipal évoque à plusieurs reprise l’« assemblée des maîtres » au sein de laquelle il se dit capable d’argumenter (Villard 1997), par exemple dans une inscription du début de son règne : « J’ai étudié la technique du sage Adapa, la tradition secrète cachée, tout l’art du scribe. J’ai l’expérience des signes omineux du ciel et de la terre, j’en discute dans l’assemblée des ummânu. » Cette discussion au sein de l’assemblée des maîtres doit probablement correspondre à une sorte d’examen, permettant de valider un grade et tout particulièrement celui d’ummânu. Quelques siècles plus tard, cet examen est également attesté pour les astrologues désireux d’obtenir un poste dans l’Esagil (Beaulieu 2006).

C’est probablement à la fin du second millénaire, dans la Babylonie gouvernée par la seconde dynastie d’Isin, que les disciplines des lettrés se sont réorganisées, en s’appuyant sur le modèle des professions artisanales et en précisant leurs champs disciplinaires respectifs. Cette réorganisation alla de pair avec la mise au point des grands traités, qui permit une définition plus stricte des disciplines. Parmi les érudits qui réalisèrent ce travail, Esagil-kīn-apli, peut-être contemporain d’[Ada]d-apla-iddina (1069-1048) est celui dont le nom est resté le plus fameux (Heeßel 2010). Un catalogue provenant de la ville de Nippur lui attribue la compilation de Sakkikku, le grand traité de diagnostics et pronostics médicaux. Il aurait aussi dressé une liste d’ouvrages devant être étudiés par les āšipu (« incantateurs »), d’après le texte appelé Manuel de l’Exorciste. Cette composition est connue par plusieurs manuscrits, dont deux au moins proviennent clairement de bibliothèques de familles d’ āšipu, de la ville d’Aššur néo-assyrienne et de la ville d’Uruk achéménide (Clancier 2009). Selon le Manuel de l’Exorciste, la connaissance des traités inscrits dans la liste d’Esagil-kīn-apli, complétés ensuite par d’autres ouvrages, devait servir à parvenir au sommet de la discipline.

On peut ajouter que si les professions « artisanales » et les disciplines « intellectuelles » nous paraissent aujourd’hui relever de domaines très différents, il n’en allait certainement pas de même dans l’antiquité. Il suffit de rappeler que la plupart de ces disciplines étaient placées sous le patronage du dieu Enki/Ea, qui les avait enseignées aux humains par l’intermédiaire des sages apkallu.

Reste à envisager la portée du titre d’ummânu d’un roi, qui n’est attesté que pour des lettrés fameux et de très haut rang (les chefs du collège des astrologues sous les derniers rois néo-assyriens). Il ne faut sans doute pas en faire une charge officielle. En dehors des listes royales citées plus haut, qui sont une production des milieux lettrés, le titre n’apparaît que dans les dernières lignes de la Lettre à Aššur relatant la huitième campagne de Sargon II, où il est précisé : « Tablette de Nabû-šallimšunu, le chef scribe du roi, le grand scribe, l’ummânu de Sargon, roi du pays d’Aššur, le premier-né de Harmakku, scribe du roi, ressortissant d’Aššur. » Si ce texte avait un caractère officiel, ce serait le seul exemple d’un récit de campagne royale donnant le nom du rédacteur. Mais le seul manuscrit dont nous disposons provient de la bibliothèque de la « Maison des incantateurs » d’Aššur : l’un des exorcistes ayant habité cette maison a dû la recopier sur l’exemplaire officiel déposé dans le temple d’Aššur et ajouter le nom du rédacteur, en lui conférant le titre d’ummânu du roi, qui n’avait de sens que dans le milieu des érudits. C’était là un moyen de renforcer le prestige des lettrés dans leur ensemble, ce que l’on peut mettre en relation avec la présentation des ummânu comme les successeurs des sages apkallu. Rien dans la documentation officielle ne plaide en faveur d’un lettré occupant une place éminente à la cour et jouant le rôle de premier conseiller du souverain. On a plutôt l’impression d’une reconstruction visant à conforter l’image que les lettrés avaient d’eux-mêmes et qui présente quelque analogie avec la reconstruction d’un couple roi / prophète dans le corpus biblique, en particulier dans le Livre des Rois.

 

Références bibliographiques :

Baker H.D., 2000, entrée « Kiṣir-Aššur », in H. D. Baker, The Prosopography of the Neo-Assyrian Empire, 2/I, Helsinki, p. 623a-624b.

Beaulieu P. A., 2006, « De l’Esagil au Mouseion. L’organisation de la recherche scientifique au IVe siècle av. J.-C. » dans P. Briant et F . Joannès (dir.), La transition entre l’empire achéménide et les royaumes hellénistiques (vers 350-300 av. J.-C., Paris, p. 18.

Clancier Ph., 2009, « Le manuel de l’Exorciste d’Uruk », in X. Faivre, B. Lion et C. Michel (éds), Et il y eu un esprit dans l’Homme. Jean Bottéro et la Mésopotamie, Paris, p. 105-117.

van Dijk J., 1962 « Die Inschriftenfunde, » Vorläufiger Bericht über die . . . Ausgrabungen in Uruk-Warka 18 (1962): 44-52 & Pl. 27.

Heeßel N. P, 2010 « Neues von Esagil-kin-apli », in S.M. Maul & N.P. Heeßel (éds), Assur-Forschungen, Wiesbaden, p. 139-187.

Lambert W.G., 1960, Babylonian Wisdom Literature, Oxford.

Lambert W.G., 1962, « A Catalogue of Texts and Authors », JCS 16, p. 59-77.

Lenzi A., 2008, « The Uruk List of Kings and sages and Late Mesopotamian Scolarship. », JANER 8 :2, p. 137-169.

Parpola S., 1995, « The Assyrian Cabinet », dans M. Dietrich & O. Loretz (éds), Vom Alten Orients zum Alten Testament (= Mél von Soden II), AOAT 240, Neukirchen-Vluyn, p. 379-401.

Villard P, 1997, « L’éducation d’Assurbanipal », Ktéma 22, p. 135-149.

Villard P., 2015, « Les champs disciplinaires et la notion de maîtrise en Mésopotamie ancienne », dans C. Bréniquet & F. Colas-Rannou (éds), Art, artiste, artisan, Presses Universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, p. 45-53.

Villard P., 2017, « The Architect and the Emperor of Babylonia », As-sharq 1 n° 2, p. 286-293.

Weidner E., « Die grosse Königsliste aus Assur », AfO 3, 1926, p. 66-77.

 

Pierre Villard est Professeur d’Assyriologie à l’Université Clermont-Auvergne à Clermont-Ferrand, rattaché au Laboratoire Archéorient (Lyon). Après avoir travaillé sur les textes paléo-babyloniens de Mari, il s’est spécialisé sur l’époque néo-assyrienne.

Babylone, ville idéale ou idéal de ville ? (première partie)

Par Laura Battini

Babylone ne cesse pas de fasciner : la dernière exposition en Europe date de 2008-2009 et a réuni les trois plus grands musées des antiquités de France, Angleterre et Allemagne. Une exposition s’est tenue jusqu’en mai 2016 à Jérusalem sur la captivité des Juifs exilés à Babylone (« By the River of Babylon »). Des colloques internationaux sur la ville de Babylone ont eu lieu régulièrement ces dernières cinquante années. C’est encore d’elle que s’est inspiré Constant Anton Nieuwenhuys dans les années ’60-’70 pour repenser complètement la ville et la vie des hommes à l’intérieur d’un espace urbain humain et solidaire. Mais une Babylone antihumaine est chantée dans le 1er album du groupe français Tryo en 1998, selon une longue tradition du reggae. Un autre groupe français a choisi de s’appeler « Babylone Circus » et, bien qu’influencée par le reggae, sa Babylone (Babylone Requiem) est plutôt positive, mélange de croyances, de religion, d’espoirs. Au cinéma, des rappels à Babylone sont récurrents depuis Intolérance de Griffith (1916) jusqu’à Babylon AD (2008) et à La cour de Babel (2014). On ne compte pas toutes les chansons, les livres, les bandes dessinées, les peintures, les jeux vidéos et même les journaux (Seda Babel) qui s’en sont inspirés et qui s’en inspirent encore aujourd’hui (comme la chanson de B. Deraime, Babylone tu déconnes: www.youtube.com/watch?v=6jaJnqfKmow).

Fig. 1: Alix: La Tour de Babel    

 

Pourquoi cette fascination millénaire et ambivalente ?

Babylone est la capitale du dernier empire mésopotamien, considérée déjà alors comme le centre du monde, siège d’érudition, vrai mégapole ancienne (950 h), dont Hérodote parle avec fascination, la ville qui seule conserve deux des sept merveilles du monde (« les jardins suspendus » et les murailles). C’est ici que se seraient séparées toutes les langues, ici qu’Alexandre le Grand mourut, ici que se décida la destruction du temple de Jérusalem et l’exil des juifs, ici qu’a été retrouvée la dernière tablette en cunéiforme (la plus récente) datant du 74-75 ap. J.-C. Mais c’est aussi -d’après les jugements sévères de la Bible- la ville pècheresse, démesurée, immorale, la « prostituée qui est assise sur les grandes eaux » (Apocalypse 17.1), destinée à tomber, métaphore du mal, de la démesure et de l’orgueil humains, de la confusion, de la diaspora linguistique, de la fin de l’harmonie et de la compréhension entre les hommes.

En ces deux derniers siècles, Babylone a accompli une autre révolution : elle ne s’adresse désormais plus à l’intelligentia, elle a conquis tous les milieux, elle fait partie de ce que les américains appellent la « culture populaire » (mass art). L’emploi du terme « babylone » aujourd’hui étend la signification originelle : « babylone » est un synonyme de « grande ville » ou de « société/monde », tandis que dans l’argot de banlieue un « babylon » désigne un policier. Babylone est par ailleurs devenue une « marque » de succès : le nom est utilisé aujourd’hui pour une maison de production de films (Montréal), une émission de radio (Suisse), un software de traduction et de reconnaissance optique de caractères (pour PC et Mac), un organisme de formation professionnel (France), une série télévisée américaine en cinq saisons (1993-2002) de la Warner Bros…

Sans parler de Paris !

  Fig.2: Bouche de métro parisien (d’après http://www.metroparis.paris/metro-sevres-babylone.php)

Paris a une bouche de métro « Sevrès – Babylone », une rue Babylone, cinq restaurants du même nom, deux agences immobilières, trois bijouteries, un club de tennis, un magasin de disques, une agence de communication, un groupe immobilier – qui adopte l’image d’un taureau ailé à tête humaine (motif assyrien et non babylonien, reprenant sans le savoir une confusion déjà commise par les auteurs grecs qui ont confondu Babylone et Ninive)-, deux entreprises de murs végétaux, une agence d’architecture paysagiste, une entreprise de consultation en ingénierie…. Le nom s’affiche dans d’autres villes en France et en Europe, indice de son entrée dans la culture populaire et signe de la longévité spatio-temporelle du mythe de Babylone. Ville complexe, génératrice de mythes contradictoires allant de la fascination au rejet, elle présente des caractères exceptionnels qui en font un modèle, en bien ou en mal.  (à suivre)

 

Bibliographie

Finkel, I. & Seymour, M. J. (éds) 2009. Babylon. Myth and Reality. London.

Scheil, A. 2016. Babylon under Western Eyes: a Study of Allusion and Myth. Toronto: University of Toronto Press.

Seymour, M. 2014. Babylon: Legend, History and the Ancient City. London: I.B. Tauris & Co. Ltd.

Wetzel, F. 1944. Babylon zur Zeit Herodots. ZA 48: 46-47.

Zakharia, K. (éd), Babylone, Grenade : villes mythiques ; récits, réalités, représentations, TMO. Lyon.

 

Laura Battini est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne, elle travaille dans l’UMR 7192 – PROCLAC, Paris.

A New Glance at the Old Babylonian Letter-Writing Practice through Digital Technologies.

Conférence donnée le 18 nov. 2017 lors du congrès ASOR 2017 (Boston)

Par Marine Béranger

En Mésopotamie, l’écriture fut inventée et longtemps maîtrisée par un groupe restreint d’individus au service du temple ou du palais. Or, les données archéologiques et épigraphiques témoignent d’une intensification et d’une généralisation du recours à l’écrit après l’effondrement de l’empire sumérien d’Ur III (en 2002 av. J.-C.). À travers mes recherches, j’étudie les impacts de cette révolution culturelle sur la pratique épistolaire de la période amorrite (2002-1595 av. J.-C.). Environ 7000 lettres datées de cette époque, rédigées en paléo-babylonien (un dialecte de l’akkadien), ont pour l’heure été éditées, mais ce chiffre n’est pas représentatif de la production totale : des milliers d’autres lettres sont encore en cours d’édition.

Le système d’écriture est une source d’informations importante pour celui qui cherche à évaluer la popularisation de l’écrit et sa diffusion sur le territoire mésopotamien. En comparant les répertoires de signes (les « syllabaires ») utilisés à différentes époques, dans des villes différentes, l’on peut par exemple observer la transmission des normes d’écriture d’une ville/époque à l’autre, ou au contraire observer leur diversification et le développement de régionalismes. En comparant l’orthographe des multiples versions d’une même lettre scolaire, l’on peut aussi étudier la manière dont les apprentis scribes étaient formés à l’écriture des lettres (sous la dictée? en copiant un modèle?). Il s’agit d’un terrain de recherche très fertile.

Néanmoins, il est impossible d’analyser le syllabaire des milliers de lettres de l’époque amorrite sans l’aide de l’ordinateur. La conférence que j’ai donnée cette année à Boston, lors du congrès ASOR 2017, visait à présenter une méthode informatique que j’ai développée au cours de ma thèse, qui permet de recenser et comparer les signes cunéiformes et les formes orthographiques utilisés dans les lettres.

Durant cette communication, j’ai commencé par présenter le logiciel que j’utilise (« TXM ») [http://textometrie.ens-lyon.fr/?lang=fr] et la façon dont j’annote les lettres de sorte à pouvoir les analyser ensuite dans ce logiciel. J’utilise un encodage XML qui suit les standards de la Text Encoding Initiative (TEI) [http://www.tei-c.org/index.xml]. Chaque mot du texte est annoté, de sorte que soient précisés : sa ligne, son lemme (c-à-d, sa forme de dictionnaire), sa catégorie grammaticale et sa forme orthographique. En outre, chaque signe cunéiforme reçoit un numéro unique (celui donné par Rykle Borger dans le MesZL [R. Borger, Mesopotamisches Zeichenlexikon, Alter Orient und Altes Testament 305, Münster, 2010]) et sa référence unicode est précisée.

Pour démontrer que cette technologie a renouvelé mon approche de la documentation épistolaire en soulevant de nouvelles interrogations et en permettant l’analyse d’éléments jusque là impossibles à étudier, j’ai ensuite présenté deux cas d’étude basés sur la documentation de Mari (Syrie) et de Babylone (Iraq), soit un corpus d’environ 1000 lettres :

– 1) le but de la première étude présentée était de calculer le nombre de signes cunéiformes utilisés par les scripteurs pour écrire leurs lettres, ainsi que le nombre de valeurs associées à chaque signe (en faisant une distinction entre les phonogrammes et les logogrammes). Cette recherche a permis d’évaluer la somme de connaissances requises pour rédiger une lettre, et la difficulté de l’apprentissage.

– 2) la deuxième étude présentée lors de la conférence s’est focalisée sur les signes spécifiques à l’onomastique. En utilisant ma méthode, j’ai en effet pu connaître les signes et valeurs utilisés uniquement dans les noms propres. J’ai ensuite comparé les signes et les valeurs spécifiques à l’onomastique en vigueur à Mari et à Babylone. À partir des données obtenues, j’ai pu retracer l’origine de ces signes, soit les listes onomastiques, étudiées par les scribes lors de leur formation scribale, et elles-mêmes constituées de signes empruntés au IIIe mil. av. J.-C.

Cette conférence fera l’objet d’un article publié par Brill et édité par V. Juloux, T. Nurmikko-Fuller et A. di Ludovico (à paraître en 2019).

Courte bibliographie :

Charpin, D. 2004 Lire et écrire en Mésopotamie: une affaire de spécialistes?. Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres 148/1: s481-508

Gelb, I. J. 1963. A Study of Writing. Chicago.

Glassner, J.-J. 2000. Écrire à Sumer : l’invention du cunéiforme. Paris.

Jacquet, A. 2013. Family Archives in Mesopotamia during the Old Babylonian Period. In M. Faraguna (éd.), Legal Documents in Ancient Societies IV. Archives and Archival Documents in Ancient Societies,: 63-86. Trieste.

Kraus, F. R. 1973. Vom mesopotamischen Menschen der altbabylonischen Zeit und seiner Welt. Amsterdam.

Veldhuis, N. 2014. History of the Cuneiform Lexical Tradition. Guides to the Mesopotamian Textual Record 6, Münster.

Wilcke, C. 2000. Wer las und schrieb in Babylonien und Assyrien. Überlegungen zur Literalität im Alten Zweistromland. Sitzungsberichte der Bayerischen Akademie der Wissenschaften 6.

Marine Béranger est ATER rattachée à la chaire du Pr. Dominique Charpin (Civilisation mésopotamienne – Collège de France). En décembre 2017, elle finit de rédiger une thèse de doctorat intitulée « Développement des pratiques d’écriture et de l’expression écrite : recherches sur les lettres de l’époque amorrite (2002-1595 av. J.-C.) », inscrite sous la direction de D. Charpin.

الشرق ASH SHARQ 1/2 VIENT DE PARAITRE

Le n.2 de la nouvelle revue الشرق (=Ash-sharq , Bulletin of the Ancient Near East Archaeological, Historical and Societal Studies, Oxford, ISSN 2513-8529) vient de sortir.

Table des matières :

Alfonso Archi – How Ebla has Changed our Perception of the Ancient Near East in the Third Millennium BC p. 187

Elif Keser – Ṭur ‘Abdiṅ ’de üçlü yerleşiṁ modeli:̇ manastir, köy, Kayaya Oyma Manastir. p. 193

Elif Koparal – Klazomenaı Yüzey Araştırmaları (Klasp) p. 201

Roberto Dan– A New Interpretation of the ‘External Portico’ of Arin-berd/Erebuni,Armenia p. 211

Gaëlle Coqueugniot – The Agora, a Mark of Hellenisation? An Archaeological Note on Public Squares in Hellenised Mesopotamia and Parapotamia p. 224

Frederick Mario Fales – Khinis/Bavian: Changing Models for an Assyrian Monumental Complex p. 237

Stefano Anastasio – The Italian Archaeological Expedition to Qasr Shamamuk-Kilizu, Iraq, Notes on the Excavation Finds at the Iraq Museum in Baghdad p. 275

Pierre Villard – The Architect and the Emperor of Babylonia p. 286

Laura Battini – Portable Altars p. 293

Daniel T. Potts – The lost Greek Epitaph from Hārūnābād (aka Shāhābād, mod. Eslāmābād-e Gharb), Iran, and its Elusive Discoverer, ‘Mr. H.’ p. 294

الشرق Ash-sharq est une revue à comité de lecture dédiée à l’archéologie et l’histoire du Proche-Orient ancien. Publiée deux fois par an, la revue sollicite des articles en anglais ou dans les langues aujourd’hui parlées au Proche Orient (Turc, Arabe, Kurde, Persan, Hébreu…). Pour la 1ère fois, le comité de lecture est presque entièrement féminin. Les contributions doivent être envoyées à Laura Battini (laura.battini@college-de-france.fr; CNRS, UMR 7192- Collège de France       11, place Marcelin Berthelot     F-75005 Paris).

الشرق Ash-sharq is a peer reviewed Bulletin devoted to short articles on the archaeology and history of the Ancient Near East. It ispublished twice a year (Archaeopress, Oxford). N. 1= APRIL 2017. n.2= December 2017. Submissions are welcome from academics and researchers at all levels. Submissions should be sent to Laura Battini (laura.battini@college-de-france.fr; CNRS, UMR 7192 – Collège de France 11, place Marcelin Berthelot F-75005 Paris).
Deadline for n.3= January 31, 2018 ; Deadline for the n.4= July 31, 2018.

Abonnements/ Subscriptions: http://www.archaeopress.com  ; Archaeopress Publishing Ltd, Gordon House, 276 Banbury Road, Oxford OX2 7ED, UK  Tel +44-(0)1865-311914 Fax +44(0)1865-512231 ; e-mail info@archaeopress.com                                            10£ : online version ; 30£ : print and online version.

Les animaux du Proche-Orient ancien, première partie. Sauvages, domestiqués, domestiques, familiers : une question de terminologie ?

Par Laura Battini

Au Proche-Orient ancien les animaux ont toujours eu une grande importance non seulement pour les travaux des champs, les transports ou la nourriture mais aussi pour l’agrément des hommes. Les animaux en effet ont été pris comme modèle dans les créations artistiques et littéraires. Ils sont représentés partout : dans la glyptique, dans la ronde bosse, dans la peinture, dans la céramique, dans les terres cuites, dans les bas reliefs, dans la statuaire. Ils sont représentés en utilisant des techniques différentes, comme le bas relief, la ronde bosse, l’intaille, l’incision, le dessin et des matériaux différents, comme pierre, terre cuite, incrustations, métal, faïence…

(d’après D. Collon, 1987, n.935. Sceau-
cylindre trouvé à Ur, époque protodynastique)

Lire la suite