La Mésopotamie vue par les romanciers : Juliette Benzoni

Par Laura Battini

Quand les romanciers s’intéressent à la Mésopotamie, ça signifie que notre discipline commence à avoir une certaine reconnaissance. Les buts des romanciers sont bien différents des spécialistes qui se consacrent tout le temps à l’Orient ancien. Alors, voici un petit extrait du livre Dans le lit des rois. Nuits de noces de Juliette Benzoni qui ne nécessite aucun commentaire, plutôt un grand merci pour avoir contribué à faire connaître Babylone, Ninive, Kalkhu, Shamash, Ishtar, Marduk, Nabu…

« Les rayons brûlants de Shamash, le dieu-soleil, s’apaisaient peu à peu sur Babylone, emportant avec eux la trop grande chaleur du jour. Mais la capitale de Nabuchodonosor restait folle, depuis douze jours, et sa folie allait atteindre, cette nuit, son paroxysme car on était au dernier jour des grandes fêtes de l’année nouvelle que l’on célébrait chaque printemps au mois de Nisan.

Les héros de ces fêtes, les plus importantes de l’année étaient Marduk, dieu de la prospérité, de la fertilité et maître des dieux, et Ishtar, déesse de l’Amour, fille de Sin, le dieu-lune et sœur de Shamash. Et tout à l’heure, quand la nuit serait close, Marduk posséderait Ishtar dans la chambre-chapelle dorée qui couronnait les sept étages multicolores de l’Entemenanki, la plus grande ziqqourat de Babylone, celle du temple de Marduk, l’Esagil.

Sous les rayons déclinants du soleil, les couleurs qui teignaient chacun des étages de la tour s’exaltaient et se mettaient mutuellement en valeur. Le blanc d’Ishtar supportait le noir ébène d’Adar qui portait lui­ même le pourpre profond de Marduk. Puis, se rétrécissant toujours sur l’étage inférieur, venaient le bleu céleste de Nebu, le flamboiement orangé de Nergal, la douceur argentée de Sin pour aboutir à l’or fulgurant de Shamash.

Rien n’était plus beau, pour un cœur babylonien que l’Entemenanki dont la splendeur se dressait entre l’immense quadrilatère du temple et le palais du roi paré de la masse verdoyante de ses Jardins Suspendus, merveille du monde antique. La voie des Processions et l’Euphrate bordaient, de part et d’autre, les trois édifices qui tenaient toute la largeur de la ville, de la porte d’Urash à celle d’Ishtar, et qui depuis douze jours étaient le théâtre d’incessantes et fastueuses cérémonies car tous les dieux particuliers des villes et des villages de l’empire d’Entre les Fleuves venaient rendre hommage à Marduk ²créateur, destructeur, plein de compassion et de pitié et, dans ses ordres, plein de bienveillance à l’égard des dieux…²

(…)

Tant que durait la fête, les tympanons et les flûtes, les tambours et les cithares, les cymbales et les sistres escortaient les cortèges sacrés depuis le fleuve ou depuis les portes de la ville, rythmant les danses des prêtres et des courtisanes sacrées qui se succédaient au parvis de l’Esagil comme autant d’entrées de ballets. La marée des robes blanches, jaunes ou rouges, enrichies des fameuses broderies babyloniennes dont le secret s’est perdu envahissait les rues, les cours et la grande voie des Processions. Les bijoux d’or et d’argent brillaient, moins toutefois que les cuirasses astiquées des soldats aux robes pourpres, aux barbes noires bouclées plus serrées que de l’astrakan. La cité enfiévrée regorgeait de couleurs, étouffait sous les parfums et les odeurs des cuisines de plein vent. Cette dernière nuit, elle se saoulerait d’amour… et de vin de dattes.

A mesure que la lumière déclinait, les regards se tournaient irrésistiblement vers le sommet de l’Entemenanki. La-haut, dans l’ultime chapelle accrochée sur le ciel comme un joyau d’or, une vierge attendait entre un grand lit d’ivoire garni de coussins de soie et une table d’or pur qui étaient les seuls meubles de la chambre divine.

Elle était arrivée quand le soleil avait commencé sa descente vers l’horizon, portée comme la statue même d’Ishtar sur les épaules d’un groupe chatoyant de prêtresses de l’Amour mais personne n’avait pu contempler sa beauté réservée au dieu car un amoncellement de voiles l’enveloppaient de telle manière qu’il était impossible de rien distinguer d’elle.

(…)

Cette femme – cette jeune fille plutôt – avait été choisie parmi des centaines de postulantes pour sa beauté et rien que pour sa beauté qui devait être sans défaut. Elle pouvait être aussi bien fille de noble lignage qu’une captive ou même une esclave. L’étreinte du dieu l’arracherait à jamais à sa condition mais ce serait l’unique possession qu’elle connaîtrait jamais car, la nuit achevée, l’élue ne rejoindrait pas les servantes d’Ishtar vouées à la prostitution sacrée, mais la cohorte des prêtresses de Marduk, vouées à cet unique maître, donc à la chasteté perpétuelle. Du moins officiellement.

En effet, le dieu n’ayant que fort peu de chances de se manifester en personne, c’était son grand-prêtre qui l’incarnait à moins qu’il ne soit trop âgé ou hors de forme, ce qui eût été une catastrophe pour les récoltes a venir. C’était alors le roi lui-même qui se dévouait avec certainement une grande bonne volonté.

(…)

Mais revenons vers les dieux au temps où leur puissance s’étendait sur les quatre horizons. Splendide était donc la nuit que Babylone amoureuse offrait à son dieu. Beaucoup plus austère était celle que la sévère Assyrie offrait, à Kalah puis à Ninive, à son dieu Nabn, le troisième jour du mois d’Igyar. La, pas d’orgie générale, pas de vierge divine offerte nue au désir de Nabn. Il n’en aurait eu que faire car aucun humain n’étant digne de l’incarner, fût-il roi, c’était sa statue d’or et d’émail qui pénétrait dans la chambre à mi-chemin du ciel où attendait une prêtresse.

Ce jour-là, on consacrait son lit dans la cité et le dieu pénétrait dans sa chambre; il retournait à sa place le jour suivant… mais, entre-temps, il n’avait vraiment pas fait grand-chose.

Après la consécration du lit et la présentation des offrandes rituelles, la prêtresse prenait un brin de roseau, le trempait dans l’huile parfumée et en purifiait les pieds de l’image divine. Puis, par trois fois, elle s’approchait du lit qu’elle parfumait et saluait avant de revenir baiser les pieds de la statue. Cela fait, elle allait tout bêtement s’asseoir à côté pour un petit moment.

Au bout de ce laps de temps, les prêtres revenaient. Ils consacraient des bois aromatiques, les faisaient brûler et, avec les cendres, offraient des libations. Ensuite, venait le banquet nuptial: on préparait de longues tables somptueusement servies pour tous les dieux farouches du panthéon assyrien mais seules les effigies d’or ou d’argent y prenaient place, que l’on servait avec respect et révérence. Enfin, cette nuit ²échevelée² s’achevait par une prière générale pour le roi afin que les dieux acceptent de bénir ses armes toujours plus ou moins prêtes à servir.

Au lever du soleil, on ramenait le pauvre Nabn chez lui en procession. On l’installait dans un chariot, à côté du conducteur et on l’emmenait faire un petit tour jusqu’à certain bois sacré où il recevait l’hommage d’autres prêtres barbus, accueillait des sacrifices mais ne rencontrait pas la moindre bacchante aux appas tentateurs disposée à batifoler un moment avec lui. Après quoi on le réintégrait pour un an dans son temple obscur où il n’avait d’autres distractions que les psalmodies des prêtres, les fumées de l’encens, des sacrifices et du sang des bêtes égorgées alternant avec quelques bains de pieds huileux. Avec aussi, dans les jours fastes, le massacre rituel de quelques prisonniers de guerre ou de quelques esclaves lorsque l’ennemi manquait de bonne volonté. »

(Juliette Benzoni, Dans les lits des rois. Nuits de noces, 1983, Paris: Ed. Plon).

 

PS : La suite (J. Benzoni, Dans les lits des reines. Les amants, 1984, Paris: Ed. Plon) n’envisage pas de reines mésopotamiennes…

 

Laura Battini est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne, elle travaille dans l’UMR 7192 – PROCLAC, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *