Du technicien au conseiller royal : à propos de l’évolution sémantique du terme ummânu

Par Pierre Villard

 

Parmi les listes royales mésopotamiennes, certaines présentent la particularité d’associer aux noms de quelques souverains fameux ceux de leurs ummânu. Une liste synchronique provenant de la ville d’Aššur (Weidner 1926), est ainsi résumée dans sa rubrique finale : « 82 rois d’Assyrie, depuis Erišu, fils d’Ilušumma, jusqu’à Assurbanipal, fils d’Assarhaddon ; 98 rois du pays d’Akkad depuis Sumu-la-El jusqu’à Kandalānu. » Alors que la colonne i ne comprend que des noms royaux, la colonne iv donne les noms des ummânu des derniers rois néo-assyriens : Nabû-apla-iddina, puis Bēl-upahhir et Kalbu pour Sennachérib, Nabû-zēru-lēšir et Ištar-šumu-ēreš pour Assarhaddon, Ištar-šumu-ēreš pour Assurbanipal. Les colonnes ii et iii sont bien plus mal conservées : E. Weidner estimait cependant que des noms d’ummânu, quoique illisibles, apparaissaient dès le règne de Tukulti-Ninurta I.

Etant donné que Kalbu, Nabû-zēru-lēšir et Ištar-šumu-ēreš sont bien attestés par ailleurs comme des lettrés de haut rang de la cour néo-assyrienne, il a paru évident que ces personnages occupaient le premier rang parmi les lettrés au service des souverains et faisaient peut-être même fonction de conseillers privilégiés. S. Parpola est allé jusqu’à considérer que la fonction d’ummânu royal avait un caractère institutionnel et faisait de son titulaire l’un des membres du « gouvernement » de l’empire (Parpola 1995).

Une liste d’Uruk d’époque séleucide (van Dijk 1962, Lenzi 2008), datée de 165 av. n.è. et qui met aussi en relation des noms de lettrés et des noms de souverains, est d’un genre un peu différent. Elle débute par des rois antédiluviens associés à sept sages-apkallu, le premier couple étant formé par le roi Ayalu et Adapa. Immédiatement après le Déluge, vient le couple formé par le roi (légendaire) Enmerkar et le sage Nungalpirigal. Les rois suivants sont quant à eux nommés avec leurs ummânu, le premier étant Gilgameš, associé à Sîn-leqe-unnēni. La suite de la liste contient des rois « historiques » ainsi que des lettrés dont la plupart ont probablement existé : parmi eux, Kabti-ilāni-Marduk, connu comme l’auteur de l’Epopée d’Erra, mais présenté comme contemporain d’Ibbi-Sîn, Esagil-kīn-apli, contemporain de […], ou Saggil-kīnam-ubbib, auteur de la Théodicée babylonienne, associé ici à Adad-apla-iddina et Nabuchodonozor I. L’historicité d’« Aba-Enlil-dāri, que les Araméens appellent Ahiqar », ummânu d’Assarhaddon, est en revanche plus douteuse.

Il est clair que le compilateur de cette liste ne s’est pas beaucoup soucié d’exactitude chronologique : l’épopée d’Erra est un texte tardif, dont il n’existait sûrement nul prototype sous le règne du dernier empereur d’Ur. En revanche, plusieurs associations sont clairement de nature littéraire : Sîn-leqe-unnēni, qui a peut-être vécu au XIème s., est le rédacteur de la version « canonique » de l’Épopée de Gilgameš, selon un catalogue de texte et d’auteurs provenant des bibliothèques de Ninive (Lambert 1962). Et le Roman d’Ahiqar, connu par sa version araméenne retrouvée dans l’île d’Eléphantine, est situé à la cour des rois Sennachérib et Assarhaddon. La liste d’Uruk renvoie donc principalement à une tradition littéraire, dont on retrouve certains aspects dans le catalogue de Ninive. Ce catalogue qui commence par plusieurs œuvres prestigieuses attribuées au dieu Ea, continue avec le sage Adapa, puis avec des auteurs humains, dont certains se retrouvent dans la liste d’Uruk et qui sont qualifiés d’ummânu de telle ou telle ville.

Dans son étude de la liste royale d’Uruk (Lenzi 2008), A Lenzi a pu établir plusieurs points importants. Cette composition, dont on ne peut comprendre tous les aspects qu’en prenant en compte son contexte séleucide établit un lien entre sages-apkallu et ummânu dont le but principal était de renforcer le prestige du groupe des lettrés. D’autre part, cette connexion dont on trouve de nombreux indices quelques siècles plus tôt, sous les règnes des derniers rois néo-assyriens, était déjà établie à des époques antérieures. A. Lenzi discute en particulier du rituel Bēt mēseri, « chambre enclose » et de la version ninivite de l’Avis à un prince (Lambert 1960 : 110-115) où aux l. 4-5, un souverain est mis en garde contre le fait de négliger le conseil de son apkallu, puis d’un ummânu. Je voudrais ici ajouter quelques remarques sur la manière dont le sens du mot ummânu a pu évoluer vers ceux de « lettré de haut rang » ou de « conseiller royal ».

Le dictionnaire de Chicago (CAD U : 108b-115b), à l’entrée ummânu, sépare nettement un sens 1, « investor, financier » et un sens 2, « craftman, artisan, expert, scholar », lui-même divisé en 2a, « craftman, artisan, expert » et 2b, « scholar, sage », cette dernière signification n’apparaissant pas avant la fin du second millénaire.

Le sens d’artisan est celui qui est attesté sur la plus longue période. Plus précisément, le terme devait s’appliquer à celui qui avait acquis une technique particulière, impliquant la transmission d’un savoir spécifique. C’est d’ailleurs ce qui peut expliquer, dans les premiers siècles du second millénaire, l’emploi du mot pour désigner un investisseur. On peut noter à ce sujet que šamallû qui désigne ordinairement un apprenti, peut se référer en paléo-assyrien à l’assistant d’un marchand (CAD Š1 : 291b-294b). L’ummânu est donc à la fois celui qui a totalement terminé son apprentissage, qui domine une technique et qui est capable de l’enseigner. De ce fait, une traduction par « maître » fonctionne dans la plupart des cas et l’on comprend aisément pourquoi le mot a fini par s’appliquer à des lettrés. On ne peut d’ailleurs exclure qu’il soit parfois utilisé dans un sens générique et j’ai moi-même proposé qu’il puisse comprendre à la fois des architectes et des lettrés dans certains passages des inscriptions de Nabonide (Villard 2017).

Par ailleurs, la notion de maîtrise, qui demande entre autres choses une reconnaissance par les pairs, implique un minimum d’organisation des professions. Pour les disciplines que nous qualifions d’ « artisanales », souvent définies en fonction des matériaux travaillés, cette organisation a dû exister assez tôt, même si la documentation ne permet pas d’en donner des descriptions très précises. Pour ce qui concerne les disciplines de l’érudition, il est possible d’en dresser un tableau plus cohérent, grâce en particulier à la documentation épistolaire et aux données fournies par les colophons des tablettes littéraires : on peut en déduire une progression dans l’apprentissage, le passage des individus par plusieurs grades jusqu’à celui d’ummânu, l’existence de sortes d’examens pour vérifier les compétences des postulants et globalement une transmission des savoirs dans des cadres bien établis (Villard 2015).

Tous ces éléments sont déjà bien en place à la fin de l’empire néo-assyrien, période pour laquelle nous disposons de nombreux messages de lettrés. Par exemple, une lettre de l’astrologue Balasî (SAA 10 39) indique qu’il fut nommé ummânu (« maître » dans le sens de précepteur) du prince héritier Assurbanipal. Les colophons des tablettes retrouvées dans la bibliothèque de la « maisons des exorcistes » d’Aššur permettent de retracer quelques étapes du parcours de Kiṣir-Aššur, qui fut successivement « jeune apprenti », « apprenti » (šamallû), jeune incantateur », puis « incantateur » (maš-maš) à la date de 658 (Baker 2000). Enfin, Assurbanipal évoque à plusieurs reprise l’« assemblée des maîtres » au sein de laquelle il se dit capable d’argumenter (Villard 1997), par exemple dans une inscription du début de son règne : « J’ai étudié la technique du sage Adapa, la tradition secrète cachée, tout l’art du scribe. J’ai l’expérience des signes omineux du ciel et de la terre, j’en discute dans l’assemblée des ummânu. » Cette discussion au sein de l’assemblée des maîtres doit probablement correspondre à une sorte d’examen, permettant de valider un grade et tout particulièrement celui d’ummânu. Quelques siècles plus tard, cet examen est également attesté pour les astrologues désireux d’obtenir un poste dans l’Esagil (Beaulieu 2006).

C’est probablement à la fin du second millénaire, dans la Babylonie gouvernée par la seconde dynastie d’Isin, que les disciplines des lettrés se sont réorganisées, en s’appuyant sur le modèle des professions artisanales et en précisant leurs champs disciplinaires respectifs. Cette réorganisation alla de pair avec la mise au point des grands traités, qui permit une définition plus stricte des disciplines. Parmi les érudits qui réalisèrent ce travail, Esagil-kīn-apli, peut-être contemporain d’[Ada]d-apla-iddina (1069-1048) est celui dont le nom est resté le plus fameux (Heeßel 2010). Un catalogue provenant de la ville de Nippur lui attribue la compilation de Sakkikku, le grand traité de diagnostics et pronostics médicaux. Il aurait aussi dressé une liste d’ouvrages devant être étudiés par les āšipu (« incantateurs »), d’après le texte appelé Manuel de l’Exorciste. Cette composition est connue par plusieurs manuscrits, dont deux au moins proviennent clairement de bibliothèques de familles d’ āšipu, de la ville d’Aššur néo-assyrienne et de la ville d’Uruk achéménide (Clancier 2009). Selon le Manuel de l’Exorciste, la connaissance des traités inscrits dans la liste d’Esagil-kīn-apli, complétés ensuite par d’autres ouvrages, devait servir à parvenir au sommet de la discipline.

On peut ajouter que si les professions « artisanales » et les disciplines « intellectuelles » nous paraissent aujourd’hui relever de domaines très différents, il n’en allait certainement pas de même dans l’antiquité. Il suffit de rappeler que la plupart de ces disciplines étaient placées sous le patronage du dieu Enki/Ea, qui les avait enseignées aux humains par l’intermédiaire des sages apkallu.

Reste à envisager la portée du titre d’ummânu d’un roi, qui n’est attesté que pour des lettrés fameux et de très haut rang (les chefs du collège des astrologues sous les derniers rois néo-assyriens). Il ne faut sans doute pas en faire une charge officielle. En dehors des listes royales citées plus haut, qui sont une production des milieux lettrés, le titre n’apparaît que dans les dernières lignes de la Lettre à Aššur relatant la huitième campagne de Sargon II, où il est précisé : « Tablette de Nabû-šallimšunu, le chef scribe du roi, le grand scribe, l’ummânu de Sargon, roi du pays d’Aššur, le premier-né de Harmakku, scribe du roi, ressortissant d’Aššur. » Si ce texte avait un caractère officiel, ce serait le seul exemple d’un récit de campagne royale donnant le nom du rédacteur. Mais le seul manuscrit dont nous disposons provient de la bibliothèque de la « Maison des incantateurs » d’Aššur : l’un des exorcistes ayant habité cette maison a dû la recopier sur l’exemplaire officiel déposé dans le temple d’Aššur et ajouter le nom du rédacteur, en lui conférant le titre d’ummânu du roi, qui n’avait de sens que dans le milieu des érudits. C’était là un moyen de renforcer le prestige des lettrés dans leur ensemble, ce que l’on peut mettre en relation avec la présentation des ummânu comme les successeurs des sages apkallu. Rien dans la documentation officielle ne plaide en faveur d’un lettré occupant une place éminente à la cour et jouant le rôle de premier conseiller du souverain. On a plutôt l’impression d’une reconstruction visant à conforter l’image que les lettrés avaient d’eux-mêmes et qui présente quelque analogie avec la reconstruction d’un couple roi / prophète dans le corpus biblique, en particulier dans le Livre des Rois.

 

Références bibliographiques :

Baker H.D., 2000, entrée « Kiṣir-Aššur », in H. D. Baker, The Prosopography of the Neo-Assyrian Empire, 2/I, Helsinki, p. 623a-624b.

Beaulieu P. A., 2006, « De l’Esagil au Mouseion. L’organisation de la recherche scientifique au IVe siècle av. J.-C. » dans P. Briant et F . Joannès (dir.), La transition entre l’empire achéménide et les royaumes hellénistiques (vers 350-300 av. J.-C., Paris, p. 18.

Clancier Ph., 2009, « Le manuel de l’Exorciste d’Uruk », in X. Faivre, B. Lion et C. Michel (éds), Et il y eu un esprit dans l’Homme. Jean Bottéro et la Mésopotamie, Paris, p. 105-117.

van Dijk J., 1962 « Die Inschriftenfunde, » Vorläufiger Bericht über die . . . Ausgrabungen in Uruk-Warka 18 (1962): 44-52 & Pl. 27.

Heeßel N. P, 2010 « Neues von Esagil-kin-apli », in S.M. Maul & N.P. Heeßel (éds), Assur-Forschungen, Wiesbaden, p. 139-187.

Lambert W.G., 1960, Babylonian Wisdom Literature, Oxford.

Lambert W.G., 1962, « A Catalogue of Texts and Authors », JCS 16, p. 59-77.

Lenzi A., 2008, « The Uruk List of Kings and sages and Late Mesopotamian Scolarship. », JANER 8 :2, p. 137-169.

Parpola S., 1995, « The Assyrian Cabinet », dans M. Dietrich & O. Loretz (éds), Vom Alten Orients zum Alten Testament (= Mél von Soden II), AOAT 240, Neukirchen-Vluyn, p. 379-401.

Villard P, 1997, « L’éducation d’Assurbanipal », Ktéma 22, p. 135-149.

Villard P., 2015, « Les champs disciplinaires et la notion de maîtrise en Mésopotamie ancienne », dans C. Bréniquet & F. Colas-Rannou (éds), Art, artiste, artisan, Presses Universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, p. 45-53.

Villard P., 2017, « The Architect and the Emperor of Babylonia », As-sharq 1 n° 2, p. 286-293.

Weidner E., « Die grosse Königsliste aus Assur », AfO 3, 1926, p. 66-77.

 

Pierre Villard est Professeur d’Assyriologie à l’Université Clermont-Auvergne à Clermont-Ferrand, rattaché au Laboratoire Archéorient (Lyon). Après avoir travaillé sur les textes paléo-babyloniens de Mari, il s’est spécialisé sur l’époque néo-assyrienne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *