Babylone, ville idéale ou idéal de ville ? (première partie)

Par Laura Battini

Babylone ne cesse pas de fasciner : la dernière exposition en Europe date de 2008-2009 et a réuni les trois plus grands musées des antiquités de France, Angleterre et Allemagne. Une exposition s’est tenue jusqu’en mai 2016 à Jérusalem sur la captivité des Juifs exilés à Babylone (« By the River of Babylon »). Des colloques internationaux sur la ville de Babylone ont eu lieu régulièrement ces dernières cinquante années. C’est encore d’elle que s’est inspiré Constant Anton Nieuwenhuys dans les années ’60-’70 pour repenser complètement la ville et la vie des hommes à l’intérieur d’un espace urbain humain et solidaire. Mais une Babylone antihumaine est chantée dans le 1er album du groupe français Tryo en 1998, selon une longue tradition du reggae. Un autre groupe français a choisi de s’appeler « Babylone Circus » et, bien qu’influencée par le reggae, sa Babylone (Babylone Requiem) est plutôt positive, mélange de croyances, de religion, d’espoirs. Au cinéma, des rappels à Babylone sont récurrents depuis Intolérance de Griffith (1916) jusqu’à Babylon AD (2008) et à La cour de Babel (2014). On ne compte pas toutes les chansons, les livres, les bandes dessinées, les peintures, les jeux vidéos et même les journaux (Seda Babel) qui s’en sont inspirés et qui s’en inspirent encore aujourd’hui (comme la chanson de B. Deraime, Babylone tu déconnes: www.youtube.com/watch?v=6jaJnqfKmow).

Fig. 1: Alix: La Tour de Babel    

 

Pourquoi cette fascination millénaire et ambivalente ?

Babylone est la capitale du dernier empire mésopotamien, considérée déjà alors comme le centre du monde, siège d’érudition, vrai mégapole ancienne (950 h), dont Hérodote parle avec fascination, la ville qui seule conserve deux des sept merveilles du monde (« les jardins suspendus » et les murailles). C’est ici que se seraient séparées toutes les langues, ici qu’Alexandre le Grand mourut, ici que se décida la destruction du temple de Jérusalem et l’exil des juifs, ici qu’a été retrouvée la dernière tablette en cunéiforme (la plus récente) datant du 74-75 ap. J.-C. Mais c’est aussi -d’après les jugements sévères de la Bible- la ville pècheresse, démesurée, immorale, la « prostituée qui est assise sur les grandes eaux » (Apocalypse 17.1), destinée à tomber, métaphore du mal, de la démesure et de l’orgueil humains, de la confusion, de la diaspora linguistique, de la fin de l’harmonie et de la compréhension entre les hommes.

En ces deux derniers siècles, Babylone a accompli une autre révolution : elle ne s’adresse désormais plus à l’intelligentia, elle a conquis tous les milieux, elle fait partie de ce que les américains appellent la « culture populaire » (mass art). L’emploi du terme « babylone » aujourd’hui étend la signification originelle : « babylone » est un synonyme de « grande ville » ou de « société/monde », tandis que dans l’argot de banlieue un « babylon » désigne un policier. Babylone est par ailleurs devenue une « marque » de succès : le nom est utilisé aujourd’hui pour une maison de production de films (Montréal), une émission de radio (Suisse), un software de traduction et de reconnaissance optique de caractères (pour PC et Mac), un organisme de formation professionnel (France), une série télévisée américaine en cinq saisons (1993-2002) de la Warner Bros…

Sans parler de Paris !

  Fig.2: Bouche de métro parisien (d’après http://www.metroparis.paris/metro-sevres-babylone.php)

Paris a une bouche de métro « Sevrès – Babylone », une rue Babylone, cinq restaurants du même nom, deux agences immobilières, trois bijouteries, un club de tennis, un magasin de disques, une agence de communication, un groupe immobilier – qui adopte l’image d’un taureau ailé à tête humaine (motif assyrien et non babylonien, reprenant sans le savoir une confusion déjà commise par les auteurs grecs qui ont confondu Babylone et Ninive)-, deux entreprises de murs végétaux, une agence d’architecture paysagiste, une entreprise de consultation en ingénierie…. Le nom s’affiche dans d’autres villes en France et en Europe, indice de son entrée dans la culture populaire et signe de la longévité spatio-temporelle du mythe de Babylone. Ville complexe, génératrice de mythes contradictoires allant de la fascination au rejet, elle présente des caractères exceptionnels qui en font un modèle, en bien ou en mal.  (à suivre)

 

Bibliographie

Finkel, I. & Seymour, M. J. (éds) 2009. Babylon. Myth and Reality. London.

Scheil, A. 2016. Babylon under Western Eyes: a Study of Allusion and Myth. Toronto: University of Toronto Press.

Seymour, M. 2014. Babylon: Legend, History and the Ancient City. London: I.B. Tauris & Co. Ltd.

Wetzel, F. 1944. Babylon zur Zeit Herodots. ZA 48: 46-47.

Zakharia, K. (éd), Babylone, Grenade : villes mythiques ; récits, réalités, représentations, TMO. Lyon.

 

Laura Battini est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne, elle travaille dans l’UMR 7192 – PROCLAC, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *