A New Glance at the Old Babylonian Letter-Writing Practice through Digital Technologies.

Conférence donnée le 18 nov. 2017 lors du congrès ASOR 2017 (Boston)

Par Marine Béranger

En Mésopotamie, l’écriture fut inventée et longtemps maîtrisée par un groupe restreint d’individus au service du temple ou du palais. Or, les données archéologiques et épigraphiques témoignent d’une intensification et d’une généralisation du recours à l’écrit après l’effondrement de l’empire sumérien d’Ur III (en 2002 av. J.-C.). À travers mes recherches, j’étudie les impacts de cette révolution culturelle sur la pratique épistolaire de la période amorrite (2002-1595 av. J.-C.). Environ 7000 lettres datées de cette époque, rédigées en paléo-babylonien (un dialecte de l’akkadien), ont pour l’heure été éditées, mais ce chiffre n’est pas représentatif de la production totale : des milliers d’autres lettres sont encore en cours d’édition.

Le système d’écriture est une source d’informations importante pour celui qui cherche à évaluer la popularisation de l’écrit et sa diffusion sur le territoire mésopotamien. En comparant les répertoires de signes (les « syllabaires ») utilisés à différentes époques, dans des villes différentes, l’on peut par exemple observer la transmission des normes d’écriture d’une ville/époque à l’autre, ou au contraire observer leur diversification et le développement de régionalismes. En comparant l’orthographe des multiples versions d’une même lettre scolaire, l’on peut aussi étudier la manière dont les apprentis scribes étaient formés à l’écriture des lettres (sous la dictée? en copiant un modèle?). Il s’agit d’un terrain de recherche très fertile.

Néanmoins, il est impossible d’analyser le syllabaire des milliers de lettres de l’époque amorrite sans l’aide de l’ordinateur. La conférence que j’ai donnée cette année à Boston, lors du congrès ASOR 2017, visait à présenter une méthode informatique que j’ai développée au cours de ma thèse, qui permet de recenser et comparer les signes cunéiformes et les formes orthographiques utilisés dans les lettres.

Durant cette communication, j’ai commencé par présenter le logiciel que j’utilise (« TXM ») [http://textometrie.ens-lyon.fr/?lang=fr] et la façon dont j’annote les lettres de sorte à pouvoir les analyser ensuite dans ce logiciel. J’utilise un encodage XML qui suit les standards de la Text Encoding Initiative (TEI) [http://www.tei-c.org/index.xml]. Chaque mot du texte est annoté, de sorte que soient précisés : sa ligne, son lemme (c-à-d, sa forme de dictionnaire), sa catégorie grammaticale et sa forme orthographique. En outre, chaque signe cunéiforme reçoit un numéro unique (celui donné par Rykle Borger dans le MesZL [R. Borger, Mesopotamisches Zeichenlexikon, Alter Orient und Altes Testament 305, Münster, 2010]) et sa référence unicode est précisée.

Pour démontrer que cette technologie a renouvelé mon approche de la documentation épistolaire en soulevant de nouvelles interrogations et en permettant l’analyse d’éléments jusque là impossibles à étudier, j’ai ensuite présenté deux cas d’étude basés sur la documentation de Mari (Syrie) et de Babylone (Iraq), soit un corpus d’environ 1000 lettres :

– 1) le but de la première étude présentée était de calculer le nombre de signes cunéiformes utilisés par les scripteurs pour écrire leurs lettres, ainsi que le nombre de valeurs associées à chaque signe (en faisant une distinction entre les phonogrammes et les logogrammes). Cette recherche a permis d’évaluer la somme de connaissances requises pour rédiger une lettre, et la difficulté de l’apprentissage.

– 2) la deuxième étude présentée lors de la conférence s’est focalisée sur les signes spécifiques à l’onomastique. En utilisant ma méthode, j’ai en effet pu connaître les signes et valeurs utilisés uniquement dans les noms propres. J’ai ensuite comparé les signes et les valeurs spécifiques à l’onomastique en vigueur à Mari et à Babylone. À partir des données obtenues, j’ai pu retracer l’origine de ces signes, soit les listes onomastiques, étudiées par les scribes lors de leur formation scribale, et elles-mêmes constituées de signes empruntés au IIIe mil. av. J.-C.

Cette conférence fera l’objet d’un article publié par Brill et édité par V. Juloux, T. Nurmikko-Fuller et A. di Ludovico (à paraître en 2019).

Courte bibliographie :

Charpin, D. 2004 Lire et écrire en Mésopotamie: une affaire de spécialistes?. Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres 148/1: s481-508

Gelb, I. J. 1963. A Study of Writing. Chicago.

Glassner, J.-J. 2000. Écrire à Sumer : l’invention du cunéiforme. Paris.

Jacquet, A. 2013. Family Archives in Mesopotamia during the Old Babylonian Period. In M. Faraguna (éd.), Legal Documents in Ancient Societies IV. Archives and Archival Documents in Ancient Societies,: 63-86. Trieste.

Kraus, F. R. 1973. Vom mesopotamischen Menschen der altbabylonischen Zeit und seiner Welt. Amsterdam.

Veldhuis, N. 2014. History of the Cuneiform Lexical Tradition. Guides to the Mesopotamian Textual Record 6, Münster.

Wilcke, C. 2000. Wer las und schrieb in Babylonien und Assyrien. Überlegungen zur Literalität im Alten Zweistromland. Sitzungsberichte der Bayerischen Akademie der Wissenschaften 6.

Marine Béranger est ATER rattachée à la chaire du Pr. Dominique Charpin (Civilisation mésopotamienne – Collège de France). En décembre 2017, elle finit de rédiger une thèse de doctorat intitulée « Développement des pratiques d’écriture et de l’expression écrite : recherches sur les lettres de l’époque amorrite (2002-1595 av. J.-C.) », inscrite sous la direction de D. Charpin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *